(Crédit: DR)

Des fruits et légumes colorés contre le déclin cognitif, la chronique du docteur Serge Rafal

C’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur pour les raisons que vous imaginez aisément mais aussi car il s’agit d’un moyen naturel de prévention simple et efficace alors que les solutions ne sont finalement pas légion, malgré les progrès de la médecine. Le vieillissement de la population est une réalité : au 1er janvier 2020, les personnes âgées d’au moins 65 ans représentaient 20,5% de la population (soit 13 millions de personnes). Elles devraient atteindre d’après les prévisionnistes autour de 30% soit environ 22 millions de personnes en 2050. Et qui dit vieillissement sous-entend, l’augmentation des maladies neurodégénératives et son corollaire le déclin cognitif.

La cognition c’est l’ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la connaissance : elle met en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l’apprentissage, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception et/ou l’attention. Et la perte cognitive, c’est précisément l’altération d’une ou plusieurs de ces fonctions, c’est-à-dire une réduction significative et évolutive des capacités dans un ou plusieurs de ces domaines d’intelligence avec comme conséquence redoutée, la perte d’autonomie.

Des chercheurs de l’Académie américaine de neurologie, qui ont suivi 77 000 personnes, âgées d’environ 50 ans au début de l’étude, durant vingt ans, ont publié leurs résultats en juillet 2021. Ils ont observé que la consommation d’aliments riches en flavonoïdes (600 mg par jour) réduisait le risque de déclin cognitif de 20% par rapport à ceux qui en consommaient 4 fois moins (soit 150 mg).

Ils constituent la plus importante catégorie (plus de 4 000 composés différents) de polyphénols, molécules très réputées pour leurs propriétés antioxydantes. On les trouve principalement dans les fruits et légumes (fraise, orange, poivron, pomme), le chocolat, le raisin, le thé, qu’il faut donc consommer à la moindre occasion.

Pour vous donner un exemple, les flavones, présentes dans le céleri, l’estragon, les légumes jaunes ou orange, le persil, les piments forts sont plus efficaces que les anthocyanes qu’on trouve surtout dans les baies et fruits bleus et rouges (cerise, grenade, mûre, myrtille, prune, raisin noir). Les 1ers entraînent une réduction de 38% du déclin cognitif contre 24% pour les seconds. Mais ne faites pas de subtil distinguo entre les flavonoïdes, précipitez-vous dessus. Et si vous avez envie de vous faire plaisir de temps à autre, choisissez une tarte aux myrtilles ou aux prunes plutôt qu’un mille-feuilles ou une religieuse. 

Même si Ingrid Bergman disait que « Le bonheur, c’est avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire ». Ca peut être vrai mais il me semble préférable de la préserver le plus longtemps possible ainsi que l’ensemble des processus cognitifs. Alors n’hésitez-pas, mettez déjà de la couleur dans vos assiettes.

Docteur Serge Rafal