En ce moment Écouter la radio

L'armée américaine intégrera des avions à réaction avec des pilotes basés sur l'IA d'ici 2028

International.

L'armée américaine intégrera des avions à réaction avec des pilotes basés sur l'IA d'ici 2028
Jets F-16 avec pilotes alimentés par l'IA - Autorisation

Un essai mené à la base aérienne d'Edwards impliquait un combat aérien entre deux avions F-16, l'un contrôlé par l'intelligence artificielle (IA) et l'autre par un pilote humain. Pour ajouter une touche particulière, le secrétaire de l'Air Force, Frank Kendall, se trouvait dans le cockpit de l'avion robotique lors du vol qui a eu lieu à la fin du mois dernier.

Le Pentagone vise à mettre en service le premier avion contrôlé par l’IA d’ici 2028 et à disposer à terme d’une flotte d’environ 1 000 avions de ce type. Le choix du F-16 n’est pas dû au hasard, car l’armée américaine compte de nombreux avions de combat en stock et il est prévu qu’il soit progressivement abandonné avec l’entrée en service massive des F-35.

Selon un rapport d’Associated Press, l’intelligence artificielle est considérée comme la technologie la plus influente dans les avions militaires depuis l’introduction de la technologie furtive dans les années 1990. Cependant, le pilotage de l’IA n’est pas encore considéré comme une technologie pleinement développée, et il faudra de nombreuses années pour comprendre comment l’exploiter dans des contextes militaires, d’autant plus que les réglementations sur l’utilisation de l’intelligence artificielle au combat ne sont pas encore tout à fait claires.

"Nous avons besoin de cette technologie ; c'est un impératif national si nous ne l'avons pas", a déclaré Kendall aux journalistes lors du procès. Ironiquement, le F-16 basé sur l'IA est surnommé Vista (sans doute la pire version de Windows, selon beaucoup – je plaisante). Mais à en juger par le sourire de Kendall alors qu'il débarquait du cockpit après une heure complète de vol expérimental contre un pilote humain dans un F-16 rival, il est évident qu'il croit déjà aux capacités de l'IA à mener des combats et même à « décider de tirer ou non sur son adversaire ». arme."

L’idée selon laquelle l’IA prend la décision de tirer ou non sur les ennemis est actuellement une ligne rouge. Les experts en armement et les spécialistes de l’IA, ainsi que les groupes humanitaires, soulignent les nombreux dangers inhérents à une telle décision. Par exemple, il est difficile de prédire comment l’intelligence artificielle décidera de tirer ou non. Le processus par lequel les systèmes d'IA parviennent à des conclusions n'est pas encore tout à fait clair et repose sur des opérateurs qui y ont souvent un accès limité une fois qu'une tâche leur est confiée. C’est aussi l’une des limites du déploiement mondial des véhicules autonomes, par exemple.

L’un des dangers est que l’IA puisse décider de lancer des attaques sans consulter son expéditeur, ou qu’elle puisse tirer des conclusions erronées sur les cibles et attaquer sans avertissement, risquant ainsi de subir des pertes involontaires. Bref, c’est un problème éthique et humain complexe, même pour les humains.

Cependant, pour Kendall, il s'agit d'un système qui sera toujours sous surveillance humaine. Le passage à l’utilisation de l’IA dans des systèmes d’armes avancés comme les avions de combat est, dans de nombreux cas, le résultat d’une course aux armements. La Chine, par exemple, investit également massivement dans le développement de technologies d’intelligence artificielle, notamment d’avions sans pilote. Même si l’armée de l’air américaine est avancée et vaste, elle s’appuie toujours sur des pilotes humains et constitue une ressource limitée, certainement comparée aux ressources humaines de l’armée chinoise. L’armée de l’air chinoise, par exemple, devrait surpasser son homologue américaine en termes d’avions de combat dans les années à venir, et là aussi elle développe des systèmes d’armes basés sur l’IA.

Un scénario possible dans une guerre entre les États-Unis et la Chine, par exemple, serait une attaque massive par des avions sans pilote lors de la première vague. Les coûts du F-35 ou du F-22 ne permettent pas de produire suffisamment d’avions pour bloquer une attaque massive de centaines d’avions à la fois. Les avions sans pilote basés sur l’IA comme le F-16 sont la voie à suivre, selon le gouvernement.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
L'armée américaine intégrera des avions à réaction avec des pilotes basés sur l'IA d'ici 2028