En ce moment Écouter la radio

Boire de l’eau mais pas n’importe laquelle, la chronique du docteur Serge Rafal

France.

Boire de l’eau mais pas n’importe laquelle, la chronique du docteur Serge Rafal
(Crédit : DR)

L’eau est essentielle à l’organisme puisqu’elle représente les 2/3 de notre poids de corps. Outre le fait qu’elle est le constituant principal des cellules et des tissus, elle participe à de nombreuses fonctions : la circulation sanguine, le transport des substances qui y sont dissoutes, la digestion, l’élimination des déchets, le maintien de la température corporelle… et j’en passe.

L'apport d'eau est vital car le corps humain ne la stocke pas. Il doit donc être approvisionné quotidiennement par la boisson et l’alimentation. On meurt de soif très vite, en qqs jours, alors qu’une grève de la faim peut durer des semaines. La désH20, nous l’avons vu récemment, est responsable du dysfonctionnement des muscles et du cerveau, à l’origine d’une grande fatigue et plus grave, de l’apparition rapide de troubles de la conscience, pouvant aller jusqu’aux convulsions et au coma. Il faut apporter environ 1 litre et demi d’eau par jour, voire plus en fonctions des circonstances et des conditions atmosphériques.

Comme on leur demande avant tout d’hydrater l’organisme, toutes les eaux sont les bienvenues avec toutefois quelques différences notables. La moins chère, 120 fois moins que certaines eaux embouteillées, est bien sûr l’eau du robinet. Elle est sûre au plan bactériologique, parfois moins au plan qualité. Elle peut en effet, tout en restant stérile, contenir du plomb ou d’autres métaux lourds, des résidus d’engrais, des traces de produits phytosanitaires (médicaments, insecticides), des nitrates… certes faiblement dosés, mais potentiellement toxiques au long cours.

Il vaut mieux choisir une eau de source car c’est une eau pure qui obéit aux exigences-santé. Elle est issue par définition d’une source naturelle potable. Elle est d’origine souterraine, à l’abri de toute pollution, embouteillée sur place sans avoir subi de modification chimique.

Elle a fait l’objet d’études pour pouvoir bénéficier d’une indication thérapeutique… ce qui n’est pas le cas de l’eau de source.

L'eau minérale naturelle est également d’origine souterraine, se caractérise par sa pureté originelle, la présence de minéraux mais l’absence de traitement. Sa composition varie toutefois selon son origine et n’est pas constante dans le temps. Si l’on prend par exemple le calcium, Hepar (549 mg/l) en contient plus que Contrex (468) ou Vittel (240 mg). Si l’on prend le magnésium, Rozana (160 mg) se situe devant Hepar (110), Quezac (95 mg), Badoit (85 mg/l).

Les bouteilles en plastique sont une plaie pour l’environnement et la santé car elles contiennent des perturbateurs endocriniens, aux multiples effets délétères. Les packs restent en outre souvent entreposés des heures à la chaleur et sous des éclairages intenses, qui les dénaturent encore un peu plus. Problème pour le moment insoluble et pas seulement dans l’eau. Le public n’est pas près, pour le moment, à revenir aux bouteilles en verre consignées.

Les filtres à eau sont une bonne idée car ils utilisent du charbon actif et des résines échangeuses d’ions qui filtrent certaines substances (métaux, pesticides, chlore, phtalates) mais pas les médicaments et de nombreux produits chimiques environnementaux.

L’OMS recommande la boisson d’une eau douce naturelle peu minéralisée mais déconseille vivement la consommation d’eau adoucie, trop riche en sodium, délétère pour le système cardio-vasculaire.

« Il n’est pire eau que l’eau qui dort » dit le proverbe. Si, si, une eau que vous avez mal choisie et que vous ne buvez pas en quantités suffisantes. Alors santé… et à volonté.

https://youtu.be/DG1_pZsgnkA

Docteur Serge Rafal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Vayakhel - 08/09 Mars
Boire de l’eau mais pas n’importe laquelle, la chronique du docteur Serge Rafal