En ce moment Écouter la radio

Les États-Unis confirment avoir retardé la vente de bombes lourdes qu'ils craignaient qu'Israël utilise à Rafah

International.

Les États-Unis confirment avoir retardé la vente de bombes lourdes qu'ils craignaient qu'Israël utilise à Rafah
Un char de Tsahal écrasant un panneau « J'aime Gaza » du côté gazaoui du poste frontière Rafah-Égypte - Capture d'écran X

L’administration Biden a confirmé mardi soir des informations selon lesquelles elle avait récemment retenu une importante cargaison de bombes de 2 000 et 500 livres qu’elle craignait qu’Israël puisse utiliser dans une opération terrestre majeure dans la ville densément peuplée de Rafah, au sud de Gaza.

C’est la première fois depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas que les États-Unis bloquent une livraison d’armes à l’armée israélienne, qu’ils fournissent de manière quasi constante depuis le 7 octobre.

Washington s’oppose catégoriquement à une offensive majeure à Rafah, convaincu qu’Israël ne peut en aucun cas mener une telle offensive tout en assurant la sécurité des plus d’un million de Palestiniens qui s’y abritent.

Les États-Unis ont tenu deux réunions virtuelles avec de hauts responsables israéliens ces derniers mois pour exprimer leurs inquiétudes concernant une éventuelle opération à Rafah et pour présenter des alternatives sur la manière dont Israël pourrait cibler le Hamas dans la ville sans procéder à une invasion à grande échelle.

Ces pourparlers se poursuivront, mais la Maison Blanche a déterminé qu’ils n’étaient pas suffisants pour faire passer ses préoccupations, a déclaré un haut responsable de l’administration Biden au Times of Israel.

« Alors que les dirigeants israéliens semblaient approcher d’un point de décision le mois dernier sur une telle opération, nous avons commencé à examiner attentivement les propositions de transferts d’armes particulières vers Israël qui pourraient être utilisées à Rafah », a déclaré le responsable.

L'examen a abouti à l'arrêt la semaine dernière d'une livraison de 1 800 bombes de 2 000 livres et de 1 700 bombes de 500 livres, a révélé le responsable, notant que la Maison Blanche était particulièrement préoccupée par le fait qu'Israël utiliserait les bombes de 2 000 livres dans Rafah, densément peuplée, comme c’est le cas dans d’autres parties de Gaza.

Le responsable a précisé qu'aucune décision finale n'avait été prise concernant cette expédition particulière.

Le haut responsable a également semblé confirmer un rapport selon lequel les États-Unis avaient retardé la vente de munitions d’attaque directe conjointe (JDAM) à Israël, mais a précisé que cette transaction en était à un stade beaucoup plus précoce que l’envoi de bombes lourdes qu’ils avaient retenu la semaine dernière.

« Pour certains autres cas au Département d'État, notamment les kits JDAM, nous poursuivons l'examen. Aucun de ces cas ne concerne des transferts imminents. Il s’agit de transferts futurs », a déclaré le responsable.

Le haut responsable a souligné que les livraisons d’armes examinées provenaient de fonds alloués il y a des années et ne faisaient pas partie de l’aide approuvée par le Congrès pour Israël le mois dernier.

« Nous sommes déterminés à garantir qu’Israël reçoive chaque dollar affecté au budget supplémentaire », a souligné le haut responsable de l’administration, notant que les États-Unis venaient d’approuver 827 millions de dollars supplémentaires d’armes et d’équipements pour Israël.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
Les États-Unis confirment avoir retardé la vente de bombes lourdes qu'ils craignaient qu'Israël utilise à Rafah