(Crédit : DR)

Les nombreuses vertus de la lavande, la chronique du docteur Serge Rafal

La lavande est un arbrisseau qui pousse sur des sols caillouteux et ensoleillés, porte des fleurs de couleur vert-bleuté, groupées en épis + ou – odorants selon les espèces. Cette plante est cultivée en Haute-Provence, dans la Drôme ou dans les Alpes. La France en est d’ailleurs le 1er producteur mondial. Ses fleurs sont récoltées l’été juste avant la floraison, mises à sécher afin de les réduire en poudre, les utiliser en infusions ou alcoolats ou en extraire la précieuse huile essentielle aux nombreuses vertus.

Une action sédative et anxiolytique qui la rend intéressante en cas de nervosité et contre les petits troubles du sommeil. Elle calme en outre les spasmes musculaires et digestifs ce qui la rend utile contre les crampes, les digestions paresseuses avec aérophagie et ballonnements. L’hydrolat parfume agréablement l’haleine. Et en usage externe, en alcoolat, on l’utilise contre les infections cutanées bénignes ou les piqûres d’insectes.

Outre les effets tranquillisants dont nous venons de parler, elle possède de puissantes propriétés antimicrobiennes et antiseptiques. Elle est cicatrisante, intéressante sur les plaies superficielles : 2 gouttes d’HE sur une huile végétale de calophyle qui renforce son action, en favorisant la régénération des tissus endommagés.

Il existe dans la nature des espèces sauvages : la lavande fine, la lavande vraie (le trésor de la parfumerie française), la lavande aspic… qui possèdent chacune leurs caractéristiques propres. Le lavandin est un hybride naturel des 2 dernières, les lavandes, vraie et aspic. Il est largement utilisé par l’industrie car son parfum est moins raffiné et plus camphré. Utilisé au départ pour couper l’huile essentielle de lavande vraie, plus « noble », il a maintenant imposé sa propre identité grâce à ses vertus décontractantes, calmantes et sédatives, cicatrisantes.

L’huile essentielle de lavande aspic est décongestionnante, efficace contre le nez bouché. On pose 2-3 goutes sur un kleenex ou un mouchoir et on respire dedans, 2-3 minutes, 2-3 fois par jour.

L’huile essentielle de lavande est dangereuse, il s’agit d’une substance neurotoxique à utiliser prudemment et en toute connaissance de cause. Les huiles essentielles en général sont contre-indiquées chez les enfants (en l’absence d’un accompagnement par un phyto-aromathérapeute), chez la femme enceinte et allaitante.

Les posologies : en infusion, 5 g de fleurs séchées/litre d’eau qu’on laisse infuser 5 minutes, posologie : 3-4 tasses /jour. En gélules dosées à 300 mg de poudre, 1 à 2 en cas de stress ou au coucher. En usage externe : 2-3 applications par jour de l’alcoolat. Et pour les troubles du sommeil, il est possible d’appliquer 2 gouttes d’HE de lavande sur un mouchoir glissé à proximité ou sous l’oreiller. On peut également en déposer 2 gouttes sur le plexus solaire dans 1 goutte d’huile d’amande douce puis masser légèrement pour faire pénétrer et faciliter l’endormissement. Et en cas de courbatures, 5 gouttes de lavandin dans une huile d’arnica, en massages profonds sont les bienvenus.

« Elle était belle comme des petits sachets de lavande qu’on presse pour en exhaler les parfums » écrit Sylvain Tesson dans « Pensées sauvages ». Pas seulement belle et odorante mais aussi très utile dans une armoire à pharmacie notre lavande provençale.

Docteur Serge Rafal