(Crédit : Twitter)

Le directeur de l’AIEA présente un exemple de caméra de surveillance du programme nucléaire iranien

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a présenté ce vendredi pour la première fois en détail un exemple de caméra similaire à celles que son agence utilise pour surveiller le programme nucléaire iranien. L’étonnante séance de presse, presque comme un « comment fonctionnent les caméras de l’AIEA et ont l’air 101 », a semblé dirigée contre les affirmations iraniennes selon lesquelles les caméras peuvent être piratées et utilisées pour les espionner. « La cyberattaque n’est pas possible », a-t-il affirmé notant que la caméra n’est « pas connectée » à un réseau général ou à un ordinateur. En revanche, Grossi a précisé que les caméras, dans lesquelles il a indiqué où se trouvent le stockage de données et les batteries à l’intérieur de la caméra, ne peuvent pas être piratées ou falsifiées et ont montré comment toute falsification physique laisserait une trace. En outre, il a déclaré que les caméras sont des appareils standard de l’AIEA et qu’il y a 1 000 à 2 000 caméras de ce type utilisées par l’agence dans le monde. Le directeur général a repoussé les questions selon lesquelles il n’avait pas réussi à rétablir suffisamment la surveillance du programme nucléaire de la République islamique.

Un journaliste a noté que Téhéran n’avait toujours pas accepté de permettre aux inspecteurs de regarder les images des caméras qui seront réinstallées dans la centrale nucléaire de Karaj.

Gabriel Attal