Le Premier ministre israélien Naftali Bennett. (Crédit : DR)

Voyage surprise de Naftali Bennett aux Emirats Arabes Unis

C’est la première d’un Premier ministre israélien dans un État du Golfe. Elle intervient dans un contexte de tension croissante avec l’Iran.

Le Premier ministre israélien va rencontrer demain le prince héritier Cheikh Mohammed bin Zayed al Nahyan, pour approfondir les liens entre leurs pays, qui ont été officiellement établis en août 2020, dans les accords d’Abraham. La réunion intervient à un moment important pour les relations entre les pays, qui se sont resserrées dans les années qui ont précédé la signature des accords en raison d’une préoccupation commune concernant la menace nucléaire iranienne.

Les puissances mondiales ont repris les négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire il y a deux semaines, et les parties occidentales aux pourparlers ont déploré une impasse, à cause de l’Iran et de ses propositions irréalistes. Pendant ce temps, Abou Dhabi a pris des mesures pour réchauffer les relations avec Téhéran, notamment en invitant le président iranien Ebrahim Raisi à se rendre aux Émirats arabes unis et à rencontrer MBZ. La semaine dernière, le conseiller émirati à la sécurité nationale, Cheikh Tahnoon bin Zayed, a rencontré Raisi à Téhéran.

Une source diplomatique israélienne de haut rang a déclaré que la réunion n’était « pas un grand drame ; c’était prévu », car les Émirats arabes unis et Téhéran sont voisins et ont continué d’être des partenaires commerciaux même lorsque les Émiratis étaient particulièrement préoccupés par les menaces de l’Iran. L’expert des relations israélo-arabes basé à Abou Dhabi, Loay Alshareef, a placé la réunion de Téhéran dans un contexte plus large, sans rapport avec Vienne, soulignant les récentes visites de Cheikh Tahnoon au Qatar et en Turquie, pays avec lesquels les Émirats arabes unis ont eu des relations tendues ces dernières années.

Outre l’Iran, Bennett et MBZ prévoient de discuter des « questions économiques et régionales qui contribueront à la prospérité, au bien-être et au renforcement de la stabilité entre les deux pays », indique le communiqué du bureau du Premier ministre.

Mais le spectre du variant Omicron du Covid-19 plane sur ce déplacement de Naftali Benett qui sera limité. Sa rencontre avec MBZ est le seul point à l’ordre du jour ; il n’ira pas à Dubaï pour visiter le pavillon israélien à l’Expo 2020 ou rencontrer des chefs d’entreprise pour promouvoir le commerce avec Israël.

ES