Crédit : dr

Polémique autour d’une photo de Marine Le Pen

Sur ce cliché publié par l’hebdomadaire « Le Point », la présidente du Rassemblement National joue de la batterie, mais le malaise vient de la bibliothèque qui se trouve derrière elle.

En zoomant sur ses étagères, deux ouvrages apparaissent, un avec une photo d’Hitler sur sa tranche, et un second, de Joseph Goebels. Le premier « Le IIIe Reich » de William L.Shirer paru chez Stock, quant au second, c’est un volume du journal du chef de la propagande nazi. C’est l’enquêteur en sources ouvertes sur twitter @__osin__ qui les as identifiés.

Selon nos confrères Libération, la photo n’a pas été prise chez Marine Le Pen, mais chez un ami avocat dans le Morbihan en Bretagne cet été. Ils ont pu le retrouver, l’homme affirme qu’il est un passionné d’histoire. Il a même envoyé au service Checknews du journal une photo plus large de sa bibliothèque où se trouve aussi des biographies de Gaule et de Churchill.

Mais la stratégie de dédiabolisation du Rassemblement National connaît bien des accrocs. Rattrapés par des propos racistes ou antisémites sur les réseaux sociaux, plusieurs de ses candidats ont dû être écartés des listes aux régionales. Quant à Jordan Bardella, pour la première fois ce week-end, le vice-président du Rassemblement National a repris à son compte la théorie conspirationniste « du Grand Remplacement ». Sur BFM-TV dimanche, il a précisé sa pensée. D’après lui, même si c’est « un slogan très intellectuel (…) il pointe une réalité qui est juste ».

C’est au nom du « Grand Remplacement » que des terroristes ont commis des attentats racistes et antisémites ces dernières années. Celui qui s’est attaqué à la synagogue de Pittsburgh en 2018. L’attentat antisémite a fait onze morts. C’est aussi cette théorie qui a fait passé à l’acte les auteur de l’attaque meurtrière contre deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, et plus récemment contre des bars à chicha à Hanau en Allemagne.