(Crédit: DR)

Profitez de la saison des fruits rouges et bleus, la chronique du docteur Serge Rafal

L’été, c’est indiscutablement la saison-santé avec la présence sur nos marchés des fruits d’abord rouges puis à présent des bleus, véritables trésors de santé grâce à leur concentration en antioxydants et en polyphénols.

Il s’agit d’une classe de substances chimiques qui confèrent aux fruits et légumes, aux plantes leurs propriétés-santé particulièrement recherchées. On trouve dans cette famille, les flavones et les anthocyanes des fruits rouges et bleus, les catéchines du thé, le resvératrol du raisin.

La saison des fruits rouges et bleus s’étend de juin à septembre. C’est la fin des fruits rouges bien qu’ils soient maintenant présents presque toute l’année. Les fraises et les framboises mûrissent en premier, suivies des groseilles, puis des myrtilles, du cassis et enfin des mûres. J’ai opéré bien sûr un choix arbitraire.

C’est presque la fin des fraises. Elles sont peu caloriques, 35 calories pour 100g dont 7g de sucres de bonne qualité (lévulose). La framboise contient 3 fois plus de fibres (7,5g) que la fraise (2,5g) ce qui lui confère une petite supériorité. Mais elles contiennent toutes les deux des minéraux (Ca, fer, magnésium, beaucoup de potassium) et un peu de vitamines A et C, 2 de nos 3 vitamines antioxydantes.

Originaire d’Asie et d’Amérique du Nord, cette baie est arrivée en Europe avec les Vikings. Il en existe deux variétés, la rouge dite à grappes et la verte à maquereau car utilisée dans le nord de l’Europe pour la préparation d’une sauce aigre-douce qui accompagne en particulier ce poisson gras. Elle contient 12 fois plus de bêtacarotène et autant de vitamine C que la groseille rouge. C’est un fruit très peu calorique, riche en calcium, en potassium et en vitamine C, mais très acide d’où la nécessité de la consommer cuite ou sucrée, ce qui est un petit inconvénient. Mais elle est intéressante car tonique, digestive, reminéralisante… et laxative.

Elle pousse en forêt et dans les landes de juillet à septembre. Elle est très riche en fibres (7g) et en anthocyanes. Elle est trois fois moins calorique que la mûre (20 calories/100g). Ah la tarte aux myrtilles. Si vous ne devez manger qu’une pâtisserie avec une pointe de Chantilly, c’est bien celle-là. Le fait qu’elle soit un des meilleurs fruits santé est très déculpabilisant. 

C’est une des baies les plus riches en micro-nutriments. Elle contient par exemple cinq fois plus de vitamine C que la groseille. Les bourgeons de cassis de cassis constituent un des meilleurs remèdes végétaux contre l’inflammation, ils sont d’ailleurs souvent utilisés en traitement de fond de l’arthrose.

Cette baie pousse toute seule, de juillet à octobre sur les ronces au bord des chemins ou sur le mûrier noir, le ver à soie préférant lui le blanc dont il adore les feuilles. C’est un fruit moyennement calorique, acide bien que plus sucré que le melon. Elle est dépurative, tonique, très reminéralisante, laxative.

L’été constitue au plan alimentaire un moment charnière où sont présents sur les marchés les meilleurs aliments-santé et plaisir, que vous pouvez donc consommer quotidiennement et presque à volonté. Alors « arrêtez de vous priver », j’emprunte cette injonction au Pr David Khayat que nous recevions il y a quelque temps à ce micro. Précipitez-vous sans tarder sur les fruits rouges dont c’est presque la fin et goulûment sur les baies qui arrivent.

Docteur Serge Rafal