(Crédit: DR)

Anthony Blinken: les Etats-Unis s’opposent fermement à l’enquête de la Cour pénale internationale contre Israël

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a exprimé l’opposition des États-Unis à la décision de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre présumés d’Israël dans la bande de Gaza et en Judée-Samarie. « Les Etats-Unis s’opposent fermement à cette décision et sont profondément déçus. La CPI n’a aucune compétence sur cette question », a déclaré le chef de la diplomatie dans un communiqué ce jeudi matin. « Israël n’est pas membre de la CPI et n’a pas consenti à la compétence de la Cour, et nous sommes sérieusement préoccupés par les tentatives de la CPI d’exercer sa juridiction sur le personnel israélien. »

Anthony Blinken a également souligné que les Palestiniens ne sont pas considérés comme un État souverain et ne peuvent donc pas participer à la CPI. Le secrétaire d’État a souligné que les États-Unis restaient « profondément engagés à assurer la justice et la responsabilité pour les crimes d’atrocité internationale » et reconnaissaient « le rôle que les tribunaux internationaux tels que la CPI peuvent jouer – dans le cadre de leurs mandats respectifs – dans la poursuite de ces objectifs importants. »

« De plus, les États-Unis estiment qu’un avenir pacifique, sûr et plus prospère pour le peuple du Moyen-Orient dépend de la construction de ponts et de la création de nouvelles voies de dialogue et d’échange, et non d’actions judiciaires unilatérales qui exacerbent les tensions et sapent les efforts visant à faire progresser les deux négociations. -solution de l’état », a ajouté le secrétaire d’Etat américain. « Nous continuerons de respecter notre ferme engagement envers Israël et sa sécurité, notamment en nous opposant aux actions qui visent à cibler Israël de manière injuste. »

S’exprimant lors de la conférence de presse du département d’Etat américain, le porte-parole, Ned Price, a affirmé que les États-Unis « continueront de respecter notre ferme engagement envers Israël et sa sécurité, notamment en s’opposant aux actions visant à cibler injustement Israël ». « Les États-Unis ont toujours adopté la position selon laquelle la compétence de la cour devrait être réservée aux pays qui y consentent ou qui sont renvoyés par le Conseil de sécurité de l’ONU », a ajouté Ned Price.

Gabriel Attal