(Crédit: DR)

Les masques bloquent 99,9% des grosses gouttelettes à risque selon une étude

Selon une nouvelle expérience réalisée avec des mannequins et des humains, les masques bloquent 99,9% des grosses gouttelettes à risque liées au coronavirus, ont déclaré des chercheurs mercredi 23 décembre. Une femme debout à deux mètres d’un homme qui tousse sans masque sera exposée à 10.000 fois plus de gouttelettes de ce type que s’il portait un masque, rapportent-ils dans la revue Royal Society Open Science. « Il ne fait aucun doute que les masques faciaux peuvent réduire considérablement la dispersion des gouttelettes potentiellement chargées de virus », affirme l’auteur principal Ignazio Maria Viola, expert en dynamique des fluides appliquée à la School of Engineering de l’Université d’Édimbourg.

Les grosses gouttelettes respiratoires de type postillons – qui agissent comme des projectiles avant d’être attirées vers le sol par gravité – seraient le principal moteur de la transmission du SRAS-CoV-2, note-t-il. Les petites gouttelettes plus fines, qui forment des aérosols, peuvent rester en suspension dans l’air pendant de plus longues périodes et représentent un risque surtout à l’intérieur dans des lieux mal aérés, sans courants d’air, particulièrement s’ils sont bondés avec des gens qui ne portent pas de masque, ou le portent mal, en dessous du nez.

Gabriel Attal