La Radio Juive

Une hormone de l’amour, vraiment ? La chronique du docteur Serge Rafal

Ca n’est pas un canular, il existe effectivement une hormone appelée scientifiquement « ocytocine » et plus familièrement dite « hormone de l’amour ». Ce neuropeptide est sécrété par l’hypothalamus, libéré par l’hypophyse en particulier au moment de l’accouchement pour le rendre « un peu » moins douloureux et lors de l’allaitement. Et figurez-vous que cette substance favorise également le bien-être, la confiance en soi et en l’autre, le lien conjugal et social, l’orgasme ce qui explique qu’on la nomme « l’hormone de l’amour » et « de l’attachement ».

La dopamine d’abord, l’hormone du désir, celle qui donne l’envie d’agir, de découvrir, d’aller plus loin, en un mot de s’accoupler. La lubérine, libérée au tout début de l’acte, qu’on pourrait nommer l’hormone des préliminaires. Puis les substances du plaisir, nos morphines endogènes, dont la sécrétion explose au moment de l’orgasme. Et notre ocytocine qui transforme ensuite le plaisir en amour. A noter que sa concentration est plus élevée chez les jeunes couples, ce qui ne doit pas nous étonner.

Les éléments ou activités qui favorisent la production d’ocytocine sont nombreux finalement. Les attentions : une marque d’intérêt, une parole réconfortante, une écoute attentionnée, un sourire tendre. Des gestes : bisous, câlins, caresses… avec quelqu’un qui nous est cher. Des activités-plaisir : un bon massage, un bain chaud, une séance de relaxation, une musique apaisante…

En effet, on note des taux abaissés d’ocytocine chez les sujets anxieux et déprimés, en particulier dans le baby-blues. Mais il est prématuré d’envisager leur traitement par l’administration de cette hormone. Des études sont en cours pour trouver des alternatives aux psychotropes et ces recherches en font partie, tout comme celles sur le microbiote.

Je terminerai par 2 citations pleines d’ocytocine. Une 1ère de George Sand : « Il n’y a qu’un bonheur dans la vie, c’est d’aimer ou d’être aimé » et une seconde de Jean d’Ormesson : « Je t’aime dans le temps. Je t’aimerai jusqu’au bout du temps. Et quand le temps sera écoulé, alors je t’aurai aimée. Et rien de cet amour ne pourra être effacé ».

Docteur Serge Rafal

LE 29-09-22 - 08:30