(Crédit: DR)

Hassan Rohani: pas de compromis sur l’accord nucléaire

Le président iranien, Hassan Rohani, a déclaré mercredi 17 février que si l’Europe était vraiment intéressée par le maintien de l’accord nucléaire, elle devait le prouver par des actes. Lors d’une conversation téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, le chef de l’Etat a critiqué la politique de l’Europe concernant ses engagements dans le cadre de l’accord sur le nucléaire et en particulier après que les États-Unis se soient retirés unilatéralement de celui-ci. Hassan Rohani a souligné qu’aucune nouvelle question ne pouvait être ajoutée à l’accord sur le nucléaire, qui a été approuvé par le Conseil de sécurité de l’ONU après de longues négociations entre l’Iran et les six grandes puissances en 2015. À cet égard, Rohani a affirmé que la République Islamique n’accepterait pas de respecter les contraintes de l’accord tant que les autres parties ne respectent pas leurs obligations, et a ajouté que le seul moyen de maintenir l’accord était de la part des États-Unis de rentrer dans l’accord.

L’ancien président américain, Donald Trump, s’est retiré de l’accord de 2015 il y a près de trois ans et a réimposé des sanctions contre l’Iran. La République islamique, à son tour, a progressivement réduit sa conformité à l’accord de 2015. Le président actuel, Joe Biden, a exprimé le souhait de revenir à l’accord de 2015, mais a souligné qu’il reviendrait à l’accord de 2015 si l’Iran revenait à le respecter. Mardi, le secrétaire d’État, Antony Blinken, a indiqué que « la voie de la diplomatie était ouverte en ce moment » avec l’Iran au sujet de l’accord.

Gabriel Attal