En ce moment Écouter la radio

Israël craint que le personnel de l'Autorité Palestinienne, qui subit de fortes baisses de salaire, ne se tourne vers le terrorisme

Israël.

Israël craint que le personnel de l'Autorité Palestinienne, qui subit de fortes baisses de salaire, ne se tourne vers le terrorisme
Le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas - Capture d'écran vidéo

Le mois dernier, le gouvernement israélien a pris des mesures décisives en imposant des sanctions à l'Autorité palestinienne, avec à sa tête le ministre des Finances Bezalel Smotrich. Après des semaines d'avertissements du Shin Bet et des services de défense sur l'effondrement économique potentiel de l'Autorité palestinienne, Smotrich a accepté de débloquer les fonds collectés par Israël pour son compte, à l'exception de ceux destinés à Gaza, qu'il a gelés en mai après la reconnaissance par les pays européens d'un État palestinien.

Malgré ce compromis, les fonds n'ont pas encore été transférés et, même lorsqu'ils le seront, ils ne devraient pas résoudre complètement la grave crise économique que traverse l'Autorité palestinienne. Cette crise a entraîné une réduction des salaires de ses employés, notamment du personnel de sécurité qui a joué un rôle crucial dans la lutte contre l'influence et la présence du Hamas dans les territoires, au cours des trois dernières années. Jeudi, les employés de l'Autorité palestinienne recevront leur salaire du mois de mai, et seulement la moitié environ percevra son salaire complet, qui pour beaucoup ne dépasse pas 820 dollars. Les autres recevront entre 50 et 60 % de leur salaire, ce ratio variant chaque mois en fonction des fonds disponibles de l'AP.

Les fonds collectés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne à partir des taxes sur les travailleurs et les mouvements de marchandises constituent 65 % de son budget annuel, soit 218 millions de dollars, dont environ 33 millions sont destinés à Gaza. La plupart de ces fonds sont utilisés par le président de l'AP, Mahmoud Abbas, pour payer les salaires, notamment ceux des 32 000 agents de sécurité.
Ces personnels de sécurité sont également touchés par la crise économique. Le mois dernier, le Shin Bet a averti que les réductions de salaire pourraient les inciter à rejoindre des organisations terroristes, notamment en raison de l'afflux d'argent iranien dans la région, et entraîner une diminution de leur efficacité dans la lutte contre le Hamas en Cisjordanie.

« Avant, quand on sortait dans la rue, les gens nous respectaient », a déclaré un policier à Ynet. « On avait une aura et on nous respectait. Aujourd’hui, on est comme les derniers citoyens. On marche parce qu’on n’a pas les moyens de payer un taxi, et personne ne fait attention à nous. Tout le monde sait que notre situation salariale est désastreuse. » Il a ajouté qu’en raison de la situation économique, sa femme et son jeune enfant ont dû ouvrir un fast-food pour gagner un revenu supplémentaire.

Un autre officier de Ramallah a déclaré qu'il avait arrêté de travailler parce qu'il n'avait plus d'argent pour les transports en commun. « J'ai un rôle important et significatif, mais je n'ai plus d'argent pour vivre. Ce n'est pas logique que je travaille tout le mois et que je me retrouve avec 40 % d'un salaire de 1 640 dollars. Ce n'est pas suffisant pour quoi que ce soit. C'est honteux. Nous payons un lourd tribut », a-t-il expliqué. Alors que le salaire d'un officier à temps plein dans les mécanismes de sécurité peut atteindre environ 1 640 dollars, ce montant varie selon le grade, et les simples « policiers » reçoivent beaucoup moins.

Adnan al-Damiri, qui a été pendant de nombreuses années porte-parole des mécanismes de sécurité et dont deux fils sont dans l'armée, a déclaré que la crise avait également affecté ses fonds de pension. « Les fonds de compensation sont de l'argent palestinien », a-t-il déclaré. A propos de l'affirmation selon laquelle les fonds sont transférés aux familles des terroristes, il a déclaré : « Les membres de leurs familles ne sont pas des terroristes. Comment ces familles sont-elles censées vivre ? Qui les paiera pour vivre au minimum ? Vous avez la sécurité sociale, nous vivons des salaires versés par l'Autorité. »

Al-Damiri a ajouté que la crise affecte également les nécessiteux qui reçoivent une aide sociale et qui ne reçoivent pas non plus de soutien financier de l'AP. « Comment ils vivent, je ne sais pas », a-t-il dit. Il a toutefois souligné que, malgré la baisse des salaires, les agents de sécurité continuent leur travail comme d'habitude.

« Les mécanismes de sécurité préventive protègent la vie de tous, qu’ils soient juifs ou palestiniens. Quiconque entre dans les territoires palestiniens – nous le protégeons comme s’il s’agissait de Palestiniens. Nous n’accepterons pas qu’il soit attaqué ou qu’il soit en danger. Par conséquent, tout Juif ou Israélien qui entre dans les territoires, les mécanismes le ramènent dans sa zone en toute sécurité et le protègent », a-t-il déclaré.

Certes, les forces de sécurité ont déjà aidé par le passé des Israéliens en détresse dans les zones palestiniennes à rentrer chez eux, mais même al-Damiri reconnaît que la crise économique pourrait nuire à leur performance. « Le fait que de nombreux officiers n’aient plus de monnaie pour rentrer chez eux affecte certainement leur performance. Ce n’est pas facile quand il n’y a pas assez de nourriture à la maison, et vous avez un rôle important à jouer pour assurer la sécurité. »

En ce qui concerne la crainte que les forces de sécurité ne retournent leurs armes contre les Israéliens, il affirme avec fermeté : « Dans les mécanismes de sécurité, il existe des lois claires et strictes. Nous n'enseignons ni ne demandons jamais à nos subordonnés de combattre les colons ou les Israéliens. Mais est-ce que quelqu'un en Israël se demande pourquoi Ben Gvir donne des munitions sans fin aux colons ? Plus d'une fois, des armes ont été utilisées contre des civils palestiniens. »

Ces dernières années, des membres des forces de sécurité ont rejoint des cellules terroristes à Jénine ou à Naplouse, mais les mécanismes se gardent bien de considérer ces cas isolés comme un phénomène généralisé. Néanmoins, les responsables de la sécurité israélienne craignent que la situation économique désastreuse ne pousse les agents de sécurité préventive à se tourner vers le terrorisme – car c'est là que l'argent circule encore. Un jeune terroriste moyen peut subvenir aux besoins de toute sa famille avec un salaire mensuel d'environ 2 200 dollars ou plus.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Israël craint que le personnel de l'Autorité Palestinienne, qui subit de fortes baisses de salaire, ne se tourne vers le terrorisme