En ce moment Écouter la radio

« 186 000 Gazaouis morts » : le magazine Lancet publie un nouveau rapport sur les crimes rituels

International.

« 186 000 Gazaouis morts » : le magazine Lancet publie un nouveau rapport sur les crimes rituels
Palestiniens - Capture d'écran vidéo

Le magazine The Lancet , une revue médicale réputée fondée en 1823, a publié en début de semaine un article rédigé par les docteurs Rasha Khatib, Martin McKee et Salim Yusuf, qui affirment qu’« il n’est pas invraisemblable d’estimer que jusqu’à 186 000 décès, voire plus, pourraient être imputables au conflit actuel à Gaza ».

Bien que ce court article ait été présenté comme une « correspondance » ou une lettre à l’éditeur plutôt qu’un article universitaire évalué par des pairs, et bien qu’il fasse référence à de prétendus taux de mortalité cumulés futurs plutôt qu’à ceux actuels, la plateforme fournie par le magazine respecté lui a donné une atmosphère fiable. Cela a conduit les utilisateurs anti-israéliens sur les réseaux sociaux à propager en masse le nouveau diffamation, oubliant commodément de mentionner la nature de la lettre.

C'est ce qu'a déclaré la rapporteure de l'ONU Francesca Albanese , qui se présente comme une experte en droit, en citant l'article, affirmant dans un tweet que « si l'on inclut les morts directes et indirectes dues à l'agression israélienne, le bilan à Gaza s'élève à 186 000 personnes, selon la revue médicale The Lancet . Cela représente 1 habitant de Gaza sur 12 tué au cours des 9 derniers mois de génocide. »

Un autre propagateur de ces chiffres était Middle East Eye, lié au Qatar, qui a mentionné dans un tweet qu'il s'agissait d'une « lettre d'experts » mais a néanmoins publié une affiche graphique attribuant le nouveau « nombre de morts » au magazine Lancet lui-même.

Sami Al-Arian, un universitaire palestinien inculpé et expulsé des États-Unis pour ses liens avec le Jihad islamique, a également fait référence à l’article, attribuant au Lancet , « une revue médicale respectée et évaluée par des pairs », une estimation selon laquelle « 186 000 personnes ont été tuées par Israël depuis le 7 octobre ».

Parmi les autres promoteurs viraux de ce nouveau diffamation, on trouve la députée travailliste Zarah Sultana, le blogueur pro-terroriste Mohammed El-Kurd, le groupe anti-israélien Democracy Now, l'ancien responsable du JVP, le rabbin Alissa Wise, le médecin palestinien Ghassan Abu Sitta, le journaliste français Charles Villa et le neuroscientifique palestinien canadien Afif Aqrabawi.

Trois jours après la publication, l’un des auteurs, le professeur Martin McKee, s’est rétracté des chiffres qu’il avait fournis dans son article, affirmant qu’ils étaient « purement illustratifs » et que « notre article a été largement mal cité et mal interprété ». Malgré cela, aucun des auteurs mentionnés ci-dessus n’a rétracté ses déclarations.

Le Jerusalem Post a contacté le magazine Lancet pour savoir si le magazine soutenait les chiffres, prévoyait de les rétracter suite aux commentaires de McKee ou prévoyait de publier une clarification concernant la nature de l'article écrit.

Réponse du Lancet
Le magazine The Lancet a répondu en affirmant que la lettre avait été publiée dans la section Correspondance de The Lancet par des auteurs externes. Le chiffre de 186 000 et les 7,9 % correspondants sont des estimations, expliquées dans ce paragraphe de la correspondance : 

« Dans les conflits récents, ces décès indirects sont de trois à quinze fois plus nombreux que les décès directs. En appliquant une estimation prudente de quatre décès indirects pour un décès direct aux 37 396 décès signalés, il n'est pas invraisemblable d'estimer que jusqu'à 186 000 décès, voire plus, pourraient être imputables au conflit actuel à Gaza. En utilisant l'estimation de la population de la bande de Gaza en 2022, soit 2 375 259 personnes, cela se traduirait par 7,9 % de la population totale de la bande de Gaza. » 

Les auteurs soulignent également que bon nombre de ces décès indirects n’ont peut-être pas encore eu lieu : « Les conflits armés ont des conséquences indirectes sur la santé, au-delà des dommages directs causés par la violence. Même si le conflit prend fin immédiatement, de nombreux décès indirects continueront de se produire dans les mois et les années à venir. »

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
« 186 000 Gazaouis morts » : le magazine Lancet publie un nouveau rapport sur les crimes rituels