En ce moment Écouter la radio

Isaac Herzog à un événement pour la célébration du jour d'indépendance des Etats-Unis : "La clarté et la vision sont la bénédiction des États-Unis pour le monde"

Israël.

Isaac Herzog à un événement pour la célébration du jour d'indépendance des Etats-Unis :  "La clarté et la vision sont la bénédiction des États-Unis pour le monde"
Les présidents Herzog et l'ambassadeur Jack Lew - Kobi Gidéon/GPO

L'ambassadeur des États-Unis en Israël, Jack Lew, et son épouse, le Dr Ruth Schwartz, ont organisé mercredi un événement à la résidence de l'ambassadeur à Jérusalem pour célébrer le jour de l'indépendance américaine.

Parmi les personnes présentes à la réception, le président israélien Isaac Herzog a commencé son discours en évoquant l’attaque terroriste de Karmiel survenue plus tôt dans la journée : « Je tiens tout d’abord à exprimer ma tristesse et mes condoléances aux dernières victimes du terrorisme suite à l’attaque de Karmiel ce matin. Mes pensées vont à la famille du sergent Aleksandr Iakiminskyi, et mes pensées et mes prières vont aux blessés. »

Il a ajouté : « Bien sûr, nous n’oublions pas un instant nos otages – y compris des citoyens américains – détenus par le Hamas à Gaza. Ambassadeur Lew, je sais que vous et le président Biden faites tout ce qui est en votre pouvoir pour ramener tous nos otages chez eux. Et je vous remercie du fond du cœur. Notre engagement à ramener les otages chez eux est absolu. Je rencontre des familles d’otages presque tous les jours. Et je veux le dire clairement : nous ne les avons pas oubliés un seul instant. La nation ne les a pas oubliés un seul instant. Il n’y a pas un foyer ou une famille israélienne où les pensées pour les otages ne soient pas présentes. Il n’y a pas un service religieux, un événement public ou même des occasions privées où l’inquiétude pour les otages ne soit pas exprimée clairement. Où une prière, un tollé et une demande de retour immédiat ne résonnent pas. Tout le monde veut qu’ils rentrent chez eux. Une majorité écrasante est en faveur de l’accord. L’attente que le pays les ramène chez eux est au cœur du consensus israélien. »

Le président a souligné : « Mes amis, nous évoquons ici une vérité bipartite claire, évidente et durable : notre alliance unique repose non seulement sur les valeurs que nous partageons, mais aussi sur notre volonté de défendre ces valeurs. Depuis le 7 octobre, Israël est à l’avant-garde d’une bataille mondiale contre le terrorisme et l’extrémisme. Contre ceux qui agissent au nom du régime oppressif de l’Ayatollah. Et contre ceux qui cherchent à imposer leur vision sombre d’un avenir fondé sur la haine et l’oppression radicales. À maintes reprises, les États-Unis ont montré, en paroles et en actes, et de manière totalement bipartite, qu’ils sont le plus grand allié d’Israël. Et que nous sommes solidaires dans le long et difficile combat pour défendre nos valeurs, nos vies et notre mode de vie. Comme dans toute famille, nous ne sommes pas toujours d’accord sur tout. Et c’est normal. Les désaccords ne remettent pas en question la large base d’amitié et d’alliance qui nous maintient connectés à notre histoire commune et fait progresser les intérêts vitaux de nos deux nations. Au nom de l’État et du peuple d’Israël, j’exprime ma plus profonde gratitude au président Biden, au gouvernement américain, au Congrès et au peuple américain pour le soutien et la solidarité qui ont toujours été un ancrage pour notre sécurité et qui se sont manifestés de multiples façons depuis le 7 octobre. Dès les premiers instants, la position du président Biden a été sans équivoque. Il s’est manifesté et a montré par un mot puissant que face aux expressions les plus sombres de la cruauté humaine, les États-Unis d’Amérique étaient là. Il a déclaré avec une clarté cristalline : Israël ne se dresserait pas seul contre ses ennemis. Et il a profondément réconforté une nation en deuil. Mais cela est allé bien au-delà des mots. Immédiatement après le massacre, les États-Unis ont déployé des forces militaires rapides dans la région, ainsi que des armes et une aide supplémentaire à Israël à une échelle sans précédent. Le président Biden s’est rendu en Israël en temps de guerre – une démonstration de soutien vraiment extraordinaire. Lorsque l'Iran a lancé plus de 300 missiles et drones directement sur la population civile israélienne, c'est l'armée américaine qui s'est jointe à l'armée israélienne pour diriger une coalition internationale qui a déjoué cette attaque pernicieuse avec un succès spectaculaire. Rappelant au monde le pouvoir de s'unir pour défendre les principes et les peuples.

« Cette clarté a été affirmée non seulement sur le champ de bataille, mais aussi sur la scène internationale. Les États-Unis ont courageusement défendu Israël dans les institutions internationales. Contre les tentatives de délégitimation d’Israël, contre la haine, les préjugés et l’antisémitisme, et en faveur de l’humanité qui nous maintient en sécurité et en intégrité. C’est cela la clarté et la vision. C’est cela la supériorité morale. C’est la bénédiction des États-Unis d’Amérique pour le monde. »

Il a conclu en disant : « Que Dieu bénisse l’Amérique. Que Dieu bénisse Israël. Et que Dieu bénisse l’amitié indéfectible entre nos nations. Merci beaucoup. »

L'ambassadeur américain Jack Lew a déclaré : « Nous célébrons l'indépendance des États-Unis et avec elle la naissance de traditions démocratiques qui sont si essentielles aux valeurs communes qui lient nos deux nations.

Abordant la situation actuelle, il a déclaré : « Nous nous réunissons aujourd’hui davantage dans un esprit de réflexion solennelle que de festivité effrénée – mais avec une joie intacte pour la liberté que représente le Jour de l’Indépendance. En même temps, nous sommes douloureusement conscients que non loin d’ici, à Gaza, 120 otages sont toujours captifs après 270 jours aux mains de terroristes brutaux.

« Alors que nous célébrons la liberté et la démocratie, ce n’est pas le moment, cette année, de faire des feux d’artifice et des fêtes endiablées. Je sais que nous sommes habitués à des célébrations plus grandioses qui ne sont pas de mise ici et maintenant, alors que tant d’Israéliens sont déplacés et mobilisés, et que nous sommes angoissés par le sort des otages. Pour de nombreuses raisons, j’espère ardemment que l’année prochaine sera à nouveau un moment de célébrations plus animées. »

Lew a poursuivi : « Depuis le début du mois de novembre, j’ai eu le privilège de représenter les États-Unis en Israël, et à chaque instant, l’impact dévastateur du 7 octobre reste très présent. Faisant preuve d’une résilience, d’un sacrifice et d’une détermination remarquables, le peuple d’Israël a restauré l’apparence d’une vie qui continue comme d’habitude. Mais aucune conversation n’est jamais éloignée de plus d’une fraction de seconde du traumatisme en cours.

« Israël fait partie de ma vie depuis mes plus jeunes souvenirs. Être ambassadeur des États-Unis en Israël est toujours un grand honneur, surtout à un moment aussi critique, où l’assistance en matière de sécurité et le soutien diplomatique des États-Unis sont plus vitaux que jamais.

« La rapidité avec laquelle j'ai été confirmé, quelques semaines après que le président Biden a soumis ma candidature au Sénat, reflète l'urgence du moment. Et la rapidité avec laquelle j'ai pris mes fonctions quelques jours seulement après avoir été confirmé a, me dit-on, établi un record aux États-Unis.

Il a raconté : « À mon arrivée un vendredi matin avec le secrétaire Blinken, je me suis rendu directement au travail pour rencontrer le cabinet de guerre, avant même de pouvoir présenter mes lettres de créance au président Herzog après le Shabbat. Et ce dimanche-là, ma première rencontre en solo, ici même dans cette maison, a eu lieu avec les familles des otages américains dans ce jardin. Et chaque jour depuis, la sécurité d'Israël, la stabilité à long terme et le bien-être des populations de la région, ainsi que le rapatriement des otages, ont été au premier plan de mes préoccupations. »

« C’est un privilège de travailler avec tant d’entre vous, chers amis et collègues, pour faire avancer nos objectifs communs. »

L'ambassadeur a ajouté : « Le jour de l'Indépendance est toujours l'occasion de réfléchir à nos valeurs, et aujourd'hui, c'est l'occasion de réaffirmer les valeurs partagées qui soutiennent les liens forts entre les États-Unis et Israël.

« Nos valeurs démocratiques durables favorisent un débat politique animé, mais constituent également le fondement le plus solide d'un avenir de force et d'unité. Et nous partageons une quête commune d'un avenir plus stable, plus prospère et plus sûr pour nos deux nations et pour les peuples de cette région. »

Faisant allusion aux tensions entre les administrations, il a noté : « Même les amis les plus proches peuvent parfois être en désaccord sur la manière dont cette vision doit être réalisée. Mais ne vous y trompez pas : les États-Unis et Israël sont d’accord sur la vision stratégique globale. Israël doit perdurer en tant qu’État juif et démocratique, vivant en paix et dans la prospérité aux côtés de ses voisins, dans un Moyen-Orient plus sûr et plus stable. »

« Comme l’a dit le président Biden, il existe une voie positive vers cette vision – pour Israël, les États-Unis et notre partenariat stratégique.

« Cela commence par un accord visant à libérer les otages et à instaurer un cessez-le-feu, comme l'a présenté le président Biden le 31 mai, sur la base de la proposition d'Israël. Ce plan offre l'occasion de mettre fin à la guerre à Gaza, de récupérer les otages et de garantir que le Hamas ne gouverne plus Gaza.

« La proposition a été acceptée par les États-Unis et Israël, ainsi que par la plupart des autres pays du monde. Il faut maintenant que le Hamas dise oui. »

« Ce soir, je souhaite surtout réfléchir aux valeurs fondamentales que partagent les Américains et les Israéliens : la démocratie, l’espoir et la résilience. Ces caractéristiques permettent à nos nations de surmonter chaque défi auquel elles sont confrontées. Ce sont des valeurs qui nous rassemblent en tant qu’amis et alliés les plus proches, et qui sont une source de force extraordinaire et de potentiel incalculable.

« Notre adhésion commune à la démocratie constitue le premier pilier.

« La démocratie n’est pas toujours gracieuse, elle n’est pas toujours aussi rapide qu’elle pourrait l’être, mais elle rassemble des personnes d’opinions et d’horizons différents au sein d’une nation forte. Elle permet à ceux qui sont élus par la majorité du peuple de gouverner, tout en protégeant les droits de ceux qui ne sont pas au pouvoir. Elle offre le meilleur modèle au peuple pour choisir sa propre voie, tandis que tous les segments de la société sont traités de manière équitable et respectés.

« L’idéal de la démocratie – l’engagement en faveur de l’État de droit, de la liberté individuelle et de la dignité – est l’objectif que nous nous efforçons toujours d’atteindre. Et aux États-Unis, lorsque nous ne parvenons pas à atteindre cet objectif, nous travaillons encore plus dur pour parvenir à une union plus parfaite.

« Bien que nos systèmes électoraux et nos documents fondateurs soient différents, les Américains et les Israéliens partagent la croyance en la démocratie populaire.

« Aux États-Unis, nos documents fondateurs le disent très clairement. Notre constitution commence par les mots « Nous, le peuple » pour nous rappeler que notre peuple est la source de toute autorité gouvernementale. Et nous qui servons le pays avons la responsabilité solennelle de maintenir notre système démocratique fort et résilient.

« Le deuxième pilier », a-t-il poursuivi, « c’est l’espoir. Ici en Israël, il se reflète dans les paroles mêmes de l’hymne national que nous venons d’entendre – Hatikva, ou l’espoir. Dans nos deux pays, il se reflète dans l’esprit indomptable de notre peuple qui s’est relevé de la guerre, de la crise économique et des divisions internes. Nous l’avons vu lors de la reprise après la COVID, lorsque nos deux nations ont montré la voie au monde en revenant en force. Nous le voyons ici aujourd’hui alors que le peuple d’Israël refuse de renoncer à l’espoir d’un avenir meilleur, même si le traumatisme de la crise des otages et de la guerre rend chaque journée si difficile.

« Le troisième pilier, la résilience, se reflète clairement dans les liens économiques solides et dynamiques qui unissent nos pays. Les États-Unis sont le premier partenaire commercial d’Israël et nos échanges bilatéraux continuent de croître, créant des emplois et des opportunités des deux côtés.

« Les Israéliens ont répondu au 7 octobre avec une énergie et une initiative extraordinaires, se portant volontaires, faisant des dons et aidant ceux dont la vie et les communautés ont été soudainement brisées.

« Je suis toujours frappé par la générosité que les gens ont trouvée dans leur cœur dans un moment de choc, d’horreur et de perte insondable, et par l’énergie qu’ils ont trouvée pour transformer l’espoir en action. Cet esprit est de bon augure pour l’économie et la société israéliennes aujourd’hui et dans les années à venir.

« Malgré les prévisions désastreuses, l’économie israélienne a résisté aux attaques du 7 octobre et à la guerre en cours mieux que quiconque ne l’aurait cru. Et les entreprises américaines reconnaissent la résilience et l’ingéniosité qui caractérisent les Israéliens et qui définissent l’économie israélienne. La coopération américano-israélienne est à la pointe de l’innovation, avec des succès dans les secteurs de la défense et de la technologie, et j’ai hâte de voir davantage de fruits de collaboration et de partenariat dans des domaines comme l’énergie propre et l’informatique quantique, qui nous mèneront vers un avenir plus durable. »

« Dans les domaines de l’éducation et de la culture, Américains et Israéliens continuent de se tourner les uns vers les autres pour trouver leur expertise et de nouvelles idées. Des universitaires et des étudiants américains continuent d’affluer en Israël et la dernière cohorte de boursiers Fulbright israéliens – que j’ai récemment eu le plaisir de rencontrer – se dirige vers les universités américaines cet été.

« Il y a encore beaucoup de potentiel à exploiter dans les relations entre les États-Unis et Israël. Un Israël plus étroitement intégré dans la région pourrait également en tirer des avantages incommensurables en termes de sécurité et d’économie. Alors que nous continuons à faire pression sur le Hamas pour qu’il libère les otages, nous devons en même temps concentrer notre énergie sur l’instauration de la paix, de la prospérité et de la stabilité dans la région. »

« Il y a 250 ans, en 1774, des délégués se sont réunis à Philadelphie pour le premier Congrès continental, traçant la voie vers ce qui, deux ans plus tard, serait la déclaration d'indépendance de l'Amérique. Les patriotes fondateurs réunis en 1776 comprenaient que le chemin à parcourir était long et périlleux. Mais ils ont persévéré dans la foi qu'un engagement envers la démocratie, un espoir d'un avenir meilleur et la résilience nécessaire pour endurer pourraient surmonter n'importe quel défi. De même, Israël, avec le soutien indéfectible des États-Unis, surmontera, résistera et prospérera.

« Dans cet esprit, je vous souhaite à tous une joyeuse fête de l'indépendance ! Merci d'être parmi nous ce soir pour célébrer l'indépendance de l'Amérique », a conclu l'ambassadeur Lew.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Isaac Herzog à un événement pour la célébration du jour d'indépendance des Etats-Unis : "La clarté et la vision sont la bénédiction des États-Unis pour le monde"