En ce moment Écouter la radio

Le ministre libanais des Affaires étrangères à Israël : « Nous sommes intéressés par la paix »

International.

Le ministre libanais des Affaires étrangères à Israël : « Nous sommes intéressés par la paix »
Le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib - Capture d'écran vidéo X

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdullah Bou Habib, a envoyé un message spécial au ministre des Affaires étrangères Israël Katz, lui expliquant que son pays ne voulait pas qu'une guerre éclate entre eux. « Nous voulons la paix, nous ne voulons pas la guerre », a déclaré Habib, dans une déclaration transmise par le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Jeyhun Bayramov, qui s'est entretenu avec Katz mardi. Leur conversation a été rapportée au Jerusalem Post par le porte-parole de Katz.

Le Liban et Israël n’entretiennent pas de relations diplomatiques, les communications entre eux sont donc inhabituelles et se font souvent par l’intermédiaire de tiers. 

Habib s'est exprimé dans un contexte de crainte croissante d'une troisième guerre du Liban après près de neuf mois de violences transfrontalières entre l'armée israélienne et le Hezbollah, un groupe mandataire iranien situé au Liban le long de sa frontière avec Israël.

Le Hezbollah a lancé des attaques constantes contre la partie nord du pays depuis que le Hamas a envahi le sud d'Israël le 7 octobre.

En signe de solidarité avec le groupe mandataire iranien Hamas, le gouvernement a affirmé qu'il ne cesserait pas la violence tant qu'un cessez-le-feu permanent n'aurait pas été instauré à Gaza.

Environ 60 000 Israéliens qui ont été évacués de leurs maisons lorsque les violences transfrontalières ont commencé en octobre n’ont pas pu rentrer chez eux.

Israël a préféré une solution diplomatique mais a toujours déclaré qu’il lancerait une campagne contre le Hezbollah dans le sud du Liban pour repousser le groupe terroriste derrière le fleuve Litani. 

Selon la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a codifié l’accord de cessez-le-feu qui a mis fin à la deuxième guerre du Liban en 2006, l’armée libanaise est le seul groupe militaire autorisé à être stationné à la frontière avec Israël.

Katz a envoyé un message à Habib disant : « Nous devons renvoyer nos résidents chez eux, si ce n'est pas par une solution diplomatique, ce sera par la guerre. »

Lundi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré qu’Israël avait effectivement perdu sa souveraineté sur la partie nord du pays, étant donné qu’elle n’était pas sûre pour les Israéliens.

Bayramov a déclaré que les Libanais l'avaient choisi pour transmettre le message parce qu'ils connaissaient les bonnes relations qui existaient entre l'Azerbaïdjan et Israël.

Dans sa conversation avec Bayramov, Katz a blâmé l'Iran, pays limitrophe de l'Azerbaïdjan, expliquant que la République islamique attise les tensions régionales, et il a appelé à des sanctions accrues à son encontre.

La semaine dernière, Katz a procédé à une évaluation de la situation avec son équipe de direction, au cours de laquelle il a déclaré que la possibilité d'une guerre plus vaste avait augmenté.

Il n'était pas prévu, a expliqué Katz, que le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, accepte une solution diplomatique, de sorte que seule une pression politique et économique sur l'Iran pourrait empêcher une guerre totale.

Les ambassadeurs israéliens ont été exhortés à discuter avec les gouvernements des pays où ils sont en poste, leur demandant d’exercer une pression sur l’Iran. 

Les ambassadeurs ont reçu pour instruction de faire pression pour la mise en œuvre immédiate de la résolution 1701 et le retrait immédiat des forces du Hezbollah au nord du fleuve Litani.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Le ministre libanais des Affaires étrangères à Israël : « Nous sommes intéressés par la paix »