En ce moment Écouter la radio

Selon une enquête de Tsahal, les informations recueillies avant le 7 octobre auraient dû suffire à contrecarrer l'attaque du Hamas

Israël.

Selon une enquête de Tsahal, les informations recueillies avant le 7 octobre auraient dû suffire à contrecarrer l'attaque du Hamas
Réunion entre Ronen Bar, Herzi Halevi, Kobi Shabtai et Daniel Hagari le 8 juin 2024 - Shin Bet

Une enquête menée par la direction du renseignement militaire de Tsahal sur les événements entourant l'invasion et le massacre du Hamas du 7 octobre dans le sud d'Israël, présentée au chef d'état-major, le lieutenant général Herzi Halevi, lundi soir, a révélé qu'il y avait plus que suffisamment d'indices de l'attaque imminente du Hamas pour avoir déclenché les signaux d'alarme et permis d'éviter la catastrophe, a rapporté la télévision israélienne.

Les résultats de l'enquête, que la chaîne d'information Channel 12 a décrits comme les « conclusions initiales », ont été présentés à Halevi lors d'une réunion de haut niveau dans son bureau, au cours de laquelle les participants ont dû signer un document s'engageant à ne pas divulguer le matériel et acceptant de se soumettre à des tests polygraphiques si nécessaire à l'avenir.

Le reportage télévisé cite des « sources proches » de l'enquête de la Direction du renseignement qui affirment qu'il y avait des signes avant l'attaque qui auraient dû « allumer tous les feux rouges » et que « nous avons mobilisé plusieurs fronts dans le passé sur des sujets moins importants que celui-ci ».

Les personnes qui ont vu les éléments de l'enquête ont exprimé leur « profonde frustration », a indiqué le reportage télévisé, car il aurait dû être « possible de relier tous les points et d'empêcher cela ».

Les participants à la réunion de lundi soir auraient également reçu des documents couvrant les évaluations de la division de Tsahal à Gaza depuis les émeutes à la frontière de Gaza menées par le Hamas en mars 2018 jusqu'au 7 octobre 2023.

Ils ont également vu des documents spécifiques concernant les événements des 6 et 7 octobre, ajoute le rapport.

La présentation a porté sur « ce que chacun des éléments [des FDI] savait, quelles informations ils partageaient entre eux et quelles mesures ont été prises à la lumière de ce qu’ils comprenaient ». Le reportage télévisé a déclaré qu’il n’y avait pas eu de désaccord sur les faits, mais qu’il y avait des désaccords « dans une certaine mesure sur les interprétations ».

Bien que l'enquête de la Direction du renseignement ait été qualifiée de « très approfondie » par des sources militaires, d'autres estiment que Halevi pourrait ne pas accepter les conclusions et demander plutôt une enquête plus complète, dirigée par le nouveau chef du renseignement de Tsahal, le général de division Shlomi Binder.

Selon le rapport, cette décision pourrait être prise en raison des « tensions » entre le chef d'état-major et le chef sortant des services de renseignement, le général de division Aharon Haliva, qui a annoncé sa démission en avril, citant son rôle dans les échecs qui ont conduit au massacre du 7 octobre.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Selon une enquête de Tsahal, les informations recueillies avant le 7 octobre auraient dû suffire à contrecarrer l'attaque du Hamas