En ce moment Écouter la radio

Les prix des aliments et des boissons en Israël sont 52 % plus élevés que la moyenne de l'OCDE

Israël.

Les prix des aliments et des boissons en Israël sont 52 % plus élevés que la moyenne de l'OCDE
Courses en supermarché - DR

Les prix des aliments et des boissons en Israël sont 52 % plus élevés que la moyenne des pays développés, juste derrière la Corée du Sud, selon les données comparatives des prix à la consommation publiées par l'Organisation de coopération et de développement économiques en juin et rapportées par Channel 12.

Les prix du pain et des céréales en Israël sont parmi les plus élevés des pays de l’OCDE, à 49 % au-dessus de la moyenne, seuls les prix suisses étant plus élevés. De même, les prix israéliens des produits laitiers et des œufs sont les deuxièmes plus chers des 38 pays de l’OCDE, à 64 % au-dessus de la moyenne, après la Corée du Sud.

Malgré leur prévalence dans la cuisine du Moyen-Orient, les prix des fruits et légumes en Israël sont 25 % supérieurs à la moyenne.

Bien que les données montrent qu’il y a trois pays où la viande est plus chère qu’en Israël, les prix dans cette catégorie sont également 64 % supérieurs à la moyenne de l’OCDE.

En dehors des aliments et des boissons, les prix des voitures en Israël se situent à 52 % au-dessus de la moyenne, soit le prix le plus élevé de tous les pays de l’OCDE.

La seule exception aux prix élevés pratiqués en Israël concerne le secteur des télécommunications, où les prix sont inférieurs de 30 % à la moyenne occidentale, grâce à une série de réformes mises en œuvre en 2014 pour stimuler la concurrence sur les marchés de la téléphonie cellulaire, du haut débit et de l’internet mobile. Les prix au Canada et aux États-Unis sont les plus élevés dans cette catégorie, avec respectivement 102 % et 51 % de plus que la moyenne.

Les nouvelles données sur les prix correspondent aux rapports précédents de l'OCDE : Israël se classe au premier rang d'une liste de pays développés où le coût de la vie est le plus élevé en 2022, avec des prix 38 % plus élevés que la moyenne des pays membres.

La Banque d'Israël a récemment noté une augmentation de la pression inflationniste, maintenant ses taux d'intérêt inchangés en mai dans un contexte d'incertitude géopolitique persistante alors que la guerre de neuf mois avec le groupe terroriste Hamas continue de peser sur l'économie.

Les économistes de l’époque s’accordaient à dire que les taux d’intérêt resteraient stables et prévoyaient que les coûts d’emprunt resteraient élevés plus longtemps dans les mois à venir, alors que les coûts de la défense continuaient d’augmenter.

Des hausses de prix de l’énergie et de certains produits alimentaires ont également été signalées, ce qui suscite des inquiétudes quant à la stabilité de l’inflation. Les données du Bureau central des statistiques ont montré que les prix à la consommation en Israël au cours du premier semestre 2024 ont augmenté à un rythme plus rapide que prévu, en raison d’une augmentation des prix de l’immobilier et des coûts de voyage et de transport.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Les prix des aliments et des boissons en Israël sont 52 % plus élevés que la moyenne de l'OCDE