En ce moment Écouter la radio

Les Houthis interdisent la musique et le chant lors des mariages

International.

Les Houthis interdisent la musique et le chant lors des mariages
Rebelles houthis - Capture d'écran vidéo

Les milices houthis du gouvernorat d’Amran au Yémen ont mené une campagne d’intimidation à grande échelle contre les artistes hommes et femmes pour les empêcher de se produire et de chanter dans des lieux et lors d’événements.

Des vidéos montrant des incursions violentes de militants armés houthis dans des lieux et des salles de réception, entraînant des arrestations et mettant fin brutalement aux célébrations, ont circulé sur les réseaux sociaux au cours des dernières semaines.

Selon des informations en provenance du Yémen, la milice a enlevé plus de 15 propriétaires de salles de mariage, qui sont en détention provisoire depuis plus de deux mois, les accusant de refuser de s'engager à ne pas autoriser les artistes à se produire dans leurs salles. D'autres informations font état d'environ 40 civils enlevés par les autorités houthistes, dont deux femmes, toutes artistes et propriétaires de salles de mariage.

Selon certaines informations, la milice soutenue par l'Iran aurait emprisonné plusieurs artistes ainsi que leur matériel musical et audio, en particulier depuis la nomination d'un nouveau gouverneur nommé Nayef Abu Kharafshah dans le gouvernorat d'Amran, dans le nord-ouest du pays.

Il est à noter que le même Al-Kharafshah a été filmé en train d’assister à un événement qui comprenait des performances musicales, ce qui a amené un présentateur d’Al-Arabiya à commenter : « ce qui est halal pour eux est haram pour tous les autres ».

En réponse, les blogueurs yéménites ont lancé une campagne en ligne intitulée « Pourquoi ont-ils été emprisonnés ? », faisant référence aux circonstances étranges de l'arrestation des artistes. Un utilisateur a écrit : « Pourquoi les ont-ils emprisonnés ? Le Oud contient-il ISIS ? Ils gâchent délibérément même la joie des mariages et les transforment en tristesse et en tragédie. S'ils étaient friands de l'argent du peuple, qu'ils pillent et avec lequel ils construisent des villas, cela ne leur serait pas interdit.» Tandis qu’un autre écrivait : « Mais pourquoi emprisonnent-ils les artistes à Amran ? Leur voix est-elle trop forte, ou est-ce qu'ils ne savent pas jouer du oud ou quoi que ce soit ? Amran est-il un État doté d’une loi spéciale qui diffère des autres régions ?

Ce n’est pas la première fois que de telles arrestations ont lieu dans les zones contrôlées par les Houthis au Yémen. En mai, les milices houthistes ont empêché un mariage de masse de 160 mariés dans la ville de Hababa, dans le gouvernorat d’Amran, également en raison de la présence d’un chanteur. Les militants houthistes auraient également pris d’assaut des installations touristiques dans la ville d’Ibb et entraîné la fermeture de plusieurs hôtels et restaurants. En outre, des organisations locales de défense des droits de l’homme ont signalé qu’environ 600 citoyens ont été « kidnappés » et sont détenus sans procès dans des centres de détention à Sanaa et Saada.

« Une méthode de contrôle sur la population »
Inbal Nissim Louvton, expert du Yémen moderne, maître de conférences à l'Open University et chercheur au Forum pour la pensée régionale, a expliqué que cette interdiction a été émise dans le cadre d'un effort continu du gouvernement Houthi pour promouvoir un « comportement approprié » de la part des Houthis. d'un point de vue religieux et moral, mais aussi pour renforcer l'emprise des Houthis sur la population civile sous leur contrôle, voire en tirer des bénéfices économiques. 

« Dès le début de la guerre civile au Yémen en 2014, les Houthis ont pris le contrôle de différents moyens de communication dans le pays et les ont canalisés selon leurs besoins », a rappelé Nissim Louvton. « Dans un premier temps, ils ont nationalisé les chaînes médiatiques officielles, ont repris les organes médiatiques et ont progressivement étendu leurs activités. »

Selon Nissim Louvton, l’interdiction actuelle de chanter et de se produire sur scène, qui comprend également des restrictions sur les magasins qui vendent des films et de la musique, n’est pas du tout nouvelle. « Par exemple, à l’été 2021, les Houthis ont interdit les chants et les spectacles de musique lors d’événements sociaux dans la capitale Sanaa et dans d’autres zones sous leur contrôle. Le gouverneur local nommé par les Houthis, Abd al-Basit Hadi, a également publié une déclaration interdisant aux hommes et aux femmes de se présenter aux mariages dans la capitale Sanaa », a-t-elle ajouté.

« Il s’agit de l’une d’une série de mesures prises par les Houthis pour tenter de faire respecter leur interprétation des codes religieux et moraux. La fermeture des lieux publics de divertissement, des cafés et des restaurants, la détention et l'arrestation d'artistes et l'annulation d'événements culturels et d'activités artistiques - toutes ces pratiques n'étaient essentiellement pas différentes de ce que les militants d'Al-Qaïda ont tenté de faire dans le passé au Yémen.

« Les militants d’Al-Qaïda (surnommés « Abna Hadramawt », les Fils de Hadramawt) se sont même élevés contre la pratique courante et acceptée au Yémen de mâcher du gat et, au début de 2015, ils ont interdit la vente de la plante dans plusieurs villes du sud du Yémen. Ils ont distribué des tracts dans lesquels ils imposaient des amendes à ceux qui vendaient du gat dans l’espace public et ont même incendié plusieurs magasins dans la région d’Al-Mukhala, la capitale du district de Haderamwat dans la zone côtière du sud-est du Yémen. »

Nissim Louvton a expliqué que les Houthis tentent parfois d’accroître leur contrôle en imposant leurs convictions religieuses par diverses restrictions. « C’est peut-être aussi une tentative de détourner l’attention de leur incapacité à gérer l’État houthi qu’ils ont créé ou à protéger ses citoyens », a-t-elle ajouté. 

Cependant, à l’instar du présentateur d’Al-Arabia cité plus haut, Nissim Louvton explique que cette interdiction ne semble pas s’appliquer aux Houthis eux-mêmes. « Les forces houthistes encouragent les propriétaires de magasins à promouvoir la musique qui glorifie les Houthis eux-mêmes et la guerre qu’ils mènent depuis près d’une décennie, avec le genre dit « Zawamel ». Il s’agit d’une poésie tribale utilisée comme moyen de propagande pour promouvoir l’influence des Houthis auprès des jeunes, recruter des combattants et des partisans et façonner l’opinion publique sur leurs territoires. En outre, ils collectent des redevances et deviennent les principaux fournisseurs des magasins, ce qui leur permet d’étendre leur réseau économique indépendant, ce qui implique une taxation lourde et étendue sur leurs territoires. »

Enfin, Nissim Louvton a ajouté qu'un autre aspect sinistre de ce qui est parfois considéré comme le « modèle d'État taliban » des Houthis comprend diverses restrictions à la liberté de mouvement des femmes dans l'espace public, l'imposition d'une tutelle masculine aux femmes et l'activation d'une sorte d'unités de police féminines qui opèrent depuis 2017 dans différentes régions, surnommées les « Zainabiyat ».

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat 'Houkat - 12/13 Juillet
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Les Houthis interdisent la musique et le chant lors des mariages