En ce moment Écouter la radio

Les opérations à Rafah pourraient se poursuivre des mois, selon des commandants de Tsahal

Israël.

Les opérations à Rafah pourraient se poursuivre des mois, selon des commandants de Tsahal
Commandant de la 12e brigade, colonel Avri Elbaz - Unité du porte-parole de Tsahal

Alors que Tsahal fait face à divers défis, les produits israéliens et internationaux remplissent les entrepôts du terminal de Kerem Shalom, du côté de Gaza, en route vers les Palestiniens de l’enclave côtière. Les pêches de Yesud HaMa'ala, près de la frontière libanaise, les bananes premium des vergers de Hof HaCarmel et les abricots de Zichron Ya'akov ne représentent qu'une fraction de l'aide transportée. L'aide humanitaire d'Israël à Gaza a atteint de nouveaux sommets, notamment avec des camions chargés de fruits, de légumes, d'essence et de carburant.

Les commandants de Tsahal appliquant les directives gouvernementales comprennent que d’ici quelques heures, ces fournitures parviendront aux dépôts de nourriture et d’énergie du Hamas dans les abris pour personnes déplacées. Les opérateurs de chariots élévateurs à Khan Younis rapportent que le terminal de Kerem Shalom commence à ressembler à son état d'avant-guerre, avec des autoroutes d'approvisionnement ouvertes par Israël vers Gaza.

En l’absence de la loi martiale israélienne ou de l’Autorité palestinienne pour distribuer de la nourriture et des fournitures aux civils, l’armée sait que le Hamas saisira ces biens de consommation, au cœur du neuvième mois de combats. Certaines fenêtres de camions sont protégées par des grilles en fer pour empêcher tout pillage ou désordre sur leurs itinéraires.

La 12e brigade d'infanterie de réserve, qui sécurise le secteur est de Rafah, près de la frontière, s'est adaptée à ces tentatives de détournement de camions d'aide humanitaire, souvent menées par des hommes armés appartenant à de petits groupes terroristes ou à des criminels défiant le Hamas. Des drones et des drones escortent les camions, tandis que des tireurs d'élite de Tsahal se tiennent en embuscade aux intersections. Lorsque des groupes armés sont identifiés, les forces les éliminent par voie aérienne ou terrestre, ce qui permet aux camions de poursuivre leur route. Six hommes armés ont été éliminés en plein jour la semaine dernière.

Le chaos dans les zones de Gaza où le Hamas n'a pas encore repris le contrôle et où l'armée israélienne s'est retirée est si grave que les forces israéliennes ont été choquées d'assister à des combats de rue entre factions armées de Gaza au sujet des camions d'aide au cours des deux dernières semaines, avant même que le Hamas ne puisse s'en emparer.

Avant de partir, les commandants sur le terrain expriment leur frustration face aux critiques récentes des responsables politiques à l'encontre de Tsahal, notamment de la part des membres du gouvernement et du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui ont ordonné une augmentation drastique de l'aide aux Gazaouis. Le couloir humanitaire, qui bénéficie d'une immunité contre les tirs, s'étend sur une étendue ouverte et sablonneuse entre le passage de Kerem Shalom et la principale route nord-sud de Gaza, qui mène à Khan Younis et à la ville de Gaza.

En raison du contrôle total de Tsahal sur la zone située entre Rafah, où les combats se poursuivent, et le passage de Kerem Shalom, le porte-parole de Tsahal a annoncé un cessez-le-feu humanitaire quotidien dans ce couloir de 7h00 à 21h00 pour rassurer les organisations humanitaires internationales. de passage sûr pour les fournitures destinées aux civils de Gaza.

« Ce sont deux problèmes totalement distincts », explique le commandant de la 12e brigade, le colonel Avri Elbaz, depuis une petite colline près du corridor Philadelphie, qui s'étend de la frontière entre Gaza et l'Égypte.

« A Rafah, nous ne nous sommes pas arrêtés un seul instant, et sur ce couloir, nous attaquons de nuit quand cela est nécessaire, en ciblant les ennemis mais pas les camions eux-mêmes. Je mets en garde mes soldats contre une opération statique, comme en Judée-Samarie. Fournir de l'aide humanitaire est notre mission, mais cela reste une zone de combat. La situation ici est dynamique et nous ne devons pas nous habituer à des scénarios statiques comme les points de contrôle en Judée-Samarie.

« Il n'y a pas de marche en place ici. Nous devons nous rappeler que nous sommes toujours prêts à faire face à des situations de prise d’otages inattendues et que nous nous déplaçons avec prudence dans les zones où nous soupçonnons que des prisonniers sont détenus à Rafah, afin d’éviter de les mettre en danger.

Le drapeau égyptien flotte fièrement de l’autre côté du passage de Rafah. Un grand complexe d'entrepôts, de terminaux et d'immeubles de bureaux à deux étages – la plupart de ces structures ont été endommagées ou brûlées depuis la prise de contrôle par Tsahal au début de l'opération.

A l'intérieur du complexe, les forces de Tsahal ont érigé de hauts murs de béton, certains dépassant les 15 mètres, dans le cadre de leurs mesures défensives. Les soldats égyptiens ne sont pas visibles, mais leur équipement d'observation est visible au sommet des mâts jaunes surplombant la zone. Suivant les ordres de leurs commandants, les soldats égyptiens ont été déplacés plusieurs centaines de mètres plus au sud après un incident le mois dernier au cours duquel un soldat égyptien a été tué par des tirs de Tsahal.

La conduite de l'Égypte dans ce domaine laisse perplexe : d'une part, il existe une coordination totale avec Israël avant et pendant la guerre, malgré les condamnations politiques publiques du Caire. D’un autre côté, l’Égypte a longtemps fermé les yeux sur l’armement du Hamas, laissant entrer des dizaines de milliers d’armes sur son territoire.

Selon certaines informations, l'Egypte aurait permis au Hamas de placer des centaines de lance-roquettes le long de la frontière avec le Sinaï, visant Beer Sheva et tirant sur Tel Aviv sans entrave. L'Egypte aurait également permis à des camions de livrer quotidiennement diverses armes à Gaza, et pas seulement par les vastes tunnels souterrains de contrebande. En ce sens, l'Egypte a joué un double jeu avec Israël et le Hamas, sans tenir compte du régime au pouvoir au Caire.

Le travail de localisation des tunnels ici est méticuleux et lent, souvent sans renseignement, couvrant de petits secteurs un par un avec des foreuses géantes et des bulldozers fouillant chaque ligne signalée à la recherche du soi-disant réseau de « métro » du Hamas, qui était leur bouée de sauvetage.

Un mois et demi après le début de l’opération de Rafah, les commandants repoussent les critiques concernant le statu quo, même au sein de Tsahal. Il existe un écart important entre la perspective politique selon laquelle Rafah est le dernier et le plus fort bastion du Hamas et la réalité sur le terrain. Cinq brigades combattent actuellement ici, soit un peu moins qu'au plus fort de l'opération, et les quatre bataillons locaux du Hamas ne sont pas très différents des autres bataillons du Hamas rencontrés dans tout Gaza.

« La Brigade Rafah est expérimentée et connue pour ses capacités de piégeage. C'est la « brigade de démolition » qui a truqué de nombreux bâtiments et tunnels, nous opérons donc ici avec sagesse et prudence, même si cela semble lent, pour assurer la sécurité de nos forces. " conviennent le colonel Elbaz et son homologue du nord-ouest de Rafah, le colonel Yair Zuckerman, commandant de la brigade Nahal.

Au cours de la huitième semaine de l'opération de Rafah, l'armée israélienne a identifié 25 entrées de tunnel le long du corridor Philadelphie, qui s'étend sur plus de 9 miles depuis le quartier de Tel al-Sultan, sur la côte la plus au sud de Gaza, jusqu'à la frontière israélienne près du kibboutz Kerem Shalom.

Au cours des sept mois qui ont précédé l'arrivée de l'armée israélienne à Rafah, après des retards imposés par l'échelon politique, la brigade locale du Hamas a tiré les leçons des rencontres passées. De nombreux explosifs, dont certains d'un type jamais vu auparavant par les commandants et les soldats ailleurs à Gaza, sont cachés dans des tunnels ramifiés et des puits profonds. Il faudra plus de temps pour sécuriser et détruire les 25 tunnels découverts jusqu'à présent et localiser les autres.

« Cela va continuer pendant au moins six mois encore, nécessitant notre présence constante dans le corridor de Philadelphie, car c'est une opération lente et complexe », décrivent les hauts commandants de l'opération.

"Dans le couloir de Netzarim, qui fait environ la moitié de la longueur du couloir de Philadelphie, il nous a fallu plus de trois mois pour localiser et détruire 12 kilomètres (7,5 miles) de tunnels sous le couloir séparant la ville de Gaza du centre et du sud de Gaza", ont-ils déclaré. souligné. Le colonel Elbaz a ajouté : « Le Hamas a adopté ici la tactique du Viet Cong, avec des combats lents et cachés depuis des tunnels et des bunkers pour tenter de nous entraîner dans un conflit prolongé. »

On peut donc estimer avec prudence que le corridor de Philadelphie ressemblera bientôt au corridor de Naetzarim : avant-postes permanents de Tsahal, présence constante et raids dans les quartiers adjacents de Rafah pour renforcer l'impact sur le Hamas. La question du « jour d'après » concerne le mécanisme qui mettra fin aux combats prolongés, qui, selon certaines estimations, se poursuivront pendant au moins deux ans encore.

L’Égypte acceptera-t-elle et les États-Unis financeront-ils à coups de milliards de dollars l’initiative israélienne visant à construire une barrière souterraine contre les tunnels le long du corridor de Philadelphie, semblable à celle qui longe la frontière entre Israël et Gaza ?

Des questions plus simples, comme le déploiement de policiers palestiniens non affiliés au Hamas pour gérer le passage de Rafah, restent sans solution. « Le fait d’avoir tenu le corridor de Netzarim pendant trois mois au début de cette année m’a prouvé, militairement et professionnellement, à quel point il sera essentiel de maintenir le contrôle du corridor de Philadelphie pour mener à bien nos missions ici », a souligné le commandant de la brigade Nahal, le colonel Zuckerman.

Nous avons traversé plus de la moitié du corridor de Philadelphie et le contrôle opérationnel de Tsahal est total. Nous n'avons pas vu de chars ou de véhicules blindés Namer sur la route, car ils sont principalement engagés dans des zones urbaines. Ici, ce sont surtout des forces plus légères qui sont en action. Les mouvements ont été rapides, avec des Hummers ouverts à l'aller et des véhicules blindés Eitan très agiles au retour. Des milliers de Gazaouis sont déjà revenus dans les quartiers que Tsahal a conquis à Rafah et les commandants ne signalent aucune résistance significative de la part de la brigade locale du Hamas.

L'opération intensifiée au cœur de la zone urbaine pourrait bientôt se terminer. Certaines brigades qui se retireront se préparent à une potentielle confrontation élargie avec le Hezbollah, et l'armée passera à la « troisième phase » de la guerre, impliquant des raids récurrents, notamment à Rafah.

Pendant ce temps, des informations en provenance de Gaza ont indiqué jeudi que l' armée israélienne avait mené une attaque surprise sur le quartier de Shijaiyah, dans la ville de Gaza , et que de nombreux habitants avaient fui la zone. Cette décision faisait suite à un appel lancé par le porte-parole arabe de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, exhortant les habitants à « évacuer immédiatement vers le sud, le long de la rue Salah al-Din, vers la zone humanitaire ».

La semaine dernière, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant général Herzi Halevi, s’est rendu à nouveau à Rafah et a reçu le soutien des commandants de brigade concernant la gestion des munitions, malgré les retards dans les livraisons d’armes en provenance des États-Unis et la possibilité d’une guerre à grande échelle dans le nord.

"Vous avez un dilemme concernant l'allocation des ressources ? Apportez les bombardements massifs au nord ; nous nous débrouillerons avec ce que nous avons", a déclaré l'un des commandants de brigade au chef de l'armée. "Le Hamas est déjà considérablement affaibli ici, c'est un groupe de guérilla assez fragmenté".

Certains commandants de brigades sont encore sous le choc du premier coup porté par le Hamas à Israël le 7 octobre. « C'était l'un des meilleurs raids commandos de l'histoire militaire. Nous n'aurions jamais pensé que cela pourrait arriver », ont-ils déclaré.
Ils ont demandé au chef de l'armée de considérer également « la pierre angulaire : l'élément humain », comme élément essentiel de la doctrine militaire. La 12e brigade, par exemple, n'était pas du tout censée être là, et l'opération à Rafah devait initialement inclure deux divisions régulières pour être plus décisive et plus rapide. Cependant, en raison des contraintes du Cabinet, la mission a finalement été confiée uniquement à la 162e Division avec une composition différente de celle initialement prévue.

Les équipes actuelles de Tsahal sont composées de 8 à 12 combattants, contre 16 à 18 dans un passé récent. Le taux de participation des forces de réserve à Rafah est d'environ 80 %, contre 100 % ou plus au cours des quatre premiers mois de la guerre. De plus, un petit pourcentage de soldats réguliers ont été retirés du service en raison de problèmes de santé mentale.

« Nous gérons efficacement nos munitions et nos ressources humaines. Bien sûr, il y a de l'usure, mais c'est dynamique. Pendant les périodes de mission intense, nous amenons plus de personnel et nous le libérons pour les pauses lors des journées plus calmes », décrit le colonel Elbaz.

"Détruire le Hamas ? Le niveau de satisfaction est à la hauteur des attentes. C'est comme retirer la bougie d'allumage d'une voiture : cela l'immobilisera certainement, mais elle sera toujours là. Donc, cela prendra beaucoup de temps, mais nous pouvons y faire face", a-t-il déclaré. ajoutée.

Le colonel Zuckerman, commandant de la brigade Nahal, a parlé de la rotation au sein de ses forces, l'un des rares combats continus depuis le début des opérations terrestres fin octobre. "Dans l'opération Rafah, j'ai toujours un bataillon en pause pour me rafraîchir et améliorer ma préparation ; actuellement, c'est notre unité de reconnaissance."

Sur les quelque 3 000 membres de la brigade locale du Hamas, les forces de Tsahal ont jusqu'à présent tué ou blessé environ 700 combattants, selon les estimations de la 162e Division. Les autres ont fui vers le nord, principalement vers Khan Younis, à proximité, ou restent sous forme de petites cellules de guérilla, cachées dans des tunnels et composées de trois ou quatre combattants au maximum. Le bataillon local du Hamas dans la région déploie des embuscades antichars, des tireurs d'élite et des explosifs avec des caméras de surveillance à distance dans chaque quartier important.

« Nous avons vaincu les bataillons dans les quartiers de Shabura, Yibna, Brazil et MPK, le dernier étant le bataillon du nord-ouest à Tel al-Sultan, actuellement sous la responsabilité de la 401e brigade », ont indiqué des sources de la 162e division. « Il y a des zones à Rafah dans lesquelles nous ne sommes pas encore entrés, comme la périphérie nord de la ville. »
Le lieutenant-colonel Oz Mualem, commandant du 931e bataillon de Nahal, a confié dès le début de l'opération à ses troupes une tâche apparemment simple : trouver le premier tunnel dans les 24 heures.

« Nous sommes entrés dans le pays des tunnels », a-t-il expliqué. « Il y a des tunnels à 360 degrés autour de nous, dans toutes les directions et à différentes profondeurs sous terre. Si vous ne faites pas attention, vous avancerez et vous serez touché par un puits caché que vous aurez manqué. Mes soldats ont non seulement rapidement trouvé le premier tunnel, mais ont également réussi à tuer les terroristes à l'intérieur en utilisant des moyens spéciaux.

« Il y a ici une quantité énorme de gilets explosifs et d'EEI que nous n'avons pas vus à Shati ou à Jabaliya, donc nous ne nous précipitons pas comme nous l'avons fait là-bas pour éviter de mettre les soldats en danger. C'est frustrant de retourner dans un endroit où l'on a combattu. et nous rencontrons soudainement un nouveau champ de mines, mais c'est pourquoi nous le faisons intelligemment, en nous basant sur notre expérience."

Son commandant, le colonel Zuckerman, est du même avis. « Ceux qui ont exagéré l’histoire de Rafah ne voulaient probablement pas que nous arrivions ici. Le centre de gravité du Hamas ici, ce sont les tunnels. Ils sont très complexes, mais nous y parviendrons. L’ennemi ne nous attend pas, mais ses maisons piégées, oui. »

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat 'Houkat - 12/13 Juillet
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Les opérations à Rafah pourraient se poursuivre des mois, selon des commandants de Tsahal