En ce moment Écouter la radio

Début des votes en Iran pour l'élection présidentielle

International.

Début des votes en Iran pour l'élection présidentielle
Le guide suprême iranien, Ali Khamenei - DR

Les Iraniens se rendent aux urnes ce vendredi pour élire un nouveau président après la mort de l'ultraconservateur Ebrahim Raisi dans un accident d'hélicoptère le mois dernier, avec un seul réformateur parmi les candidats.

Les élections en Iran, frappé par les sanctions, surviennent à un moment de fortes tensions régionales entre la République islamique et ses principaux ennemis, Israël et les États-Unis, alors que la guerre à Gaza fait rage.

Environ 61 millions d'électeurs sont appelés aux urnes où le réformateur Masoud Pezeshkian, 69 ans, espère une victoire décisive contre un camp conservateur divisé.

Le Conseil des gardiens, qui examine les candidats, lui a permis de se présenter contre un groupe de conservateurs désormais dominés par le président du Parlement Mohammad Bagher Ghalibaf et l'ancien négociateur nucléaire Saeed Jalili.

Le religieux Mostafa Pourmohammadi est également laissé dans la course après l'abandon de deux ultraconservateurs : le maire de Téhéran, Alireza Zakani, et l'ancien vice-président de Raïssi, Amir-Hossein Ghazizadeh Hashemi.

Les bureaux de vote ouvrent à 8h00 (7h30 en Israël) dans 58 640 bureaux de vote à travers le pays, principalement dans les écoles et les mosquées.

Les bureaux de vote sont ouverts pendant 10 heures, mais les autorités peuvent prolonger la durée du vote comme lors des élections précédentes.

Les premières projections sont attendues samedi matin et les résultats officiels dimanche.

Si aucun candidat n'obtient 50% des voix, un second tour aura lieu le 5 juillet, pour la deuxième fois seulement dans l'histoire électorale iranienne après le second tour du scrutin de 2005.

La candidature de Pezeshkian, jusqu'à récemment relativement inconnue, a ravivé des espoirs prudents pour l'aile réformiste iranienne après des années de domination des camps conservateur et ultraconservateur.

Il a été salué comme « honnête, juste et attentionné » par le dernier président réformiste iranien, Mohammad Khatami.

Khatami, qui a servi de 1997 à 2005, avait également soutenu le modéré Hassan Rohani, qui a remporté la présidence et scellé l'accord nucléaire de l'Iran en 2015 avec les puissances occidentales avant qu'il ne soit avorté trois ans plus tard.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Début des votes en Iran pour l'élection présidentielle