En ce moment Écouter la radio

Les victimes du 7 octobre poursuivent l'UNRWA pour 1 milliard de dollars, affirmant qu'il a aidé et encouragé le Hamas

International.

Les victimes du 7 octobre poursuivent l'UNRWA pour 1 milliard de dollars, affirmant qu'il a aidé et encouragé le Hamas
Capture d'écran de Tsahal : des hommes armés palestiniens à côté de véhicules de l'ONU dans un centre logistique de l'UNRWA à Rafah - FDI

Plus de 100 victimes de l'attaque dévastatrice du Hamas contre Israël le 7 octobre et leurs familles ont déposé une plainte lundi réclamant 1 milliard de dollars de dommages et intérêts à l'UNRWA, l'agence d'aide des Nations Unies aux Palestiniens, l'accusant d'avoir aidé et encouragé l'attaque du groupe terroriste.

Le procès de 167 pages désigne comme défendeurs l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine, ainsi que sept de ses dirigeants passés et actuels, dont son chef Philippe Lazzarini.

Il indique que l'UNRWA, qui coordonne presque toute l'aide à Gaza, a laissé le Hamas utiliser ses installations pour le stockage d'armes, a autorisé la construction de tunnels et de centres de commandement sous ses sites et a injecté de l'argent dans les coffres du groupe terroriste en insistant sur le paiement des employés en dollars américains.

« Le Hamas n’a pas commis ces atrocités sans assistance », indique le procès. « Les accusés ont été avertis à plusieurs reprises que leurs politiques apportaient directement une aide au Hamas », affirme-t-il. « Face à ces avertissements, les accusés ont poursuivi ces mêmes politiques. »

Le 7 octobre, le Hamas a mené 3 000 terroristes dans une attaque transfrontalière massive contre Israël qui a tué plus de 1 200 personnes dans le sud d'Israël, pour la plupart des civils, au milieu de nombreuses atrocités. Les terroristes ont également enlevé 251 personnes de tous âges comme otages à Gaza.

Le cabinet d'avocats MM-Law LLC, basé à Chicago, et le cabinet new-yorkais Amini LLC ont déposé une plainte dans le district sud de New York au nom de 101 victimes ou de leurs familles.

Outre Lazzarini, les autres accusés sont d'anciens ou actuels hauts responsables de l'UNRWA, Pierre Krähenbühl, Filippo Grandi, Leni Stenseth, Sandra Mitchell, Margot Ellis et Gréta Gunnarsdóttir.

Krähenbühl est actuellement directeur général du Comité international de la Croix-Rouge et Grandi est l'actuel Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Le procès souligne que l'UNRWA a insisté pour payer ses employés en dollars américains, pour un montant d'un milliard de dollars au cours de la période couverte par la réclamation. Les employés n'ont pas pu dépenser les dollars directement dans la bande de Gaza, qui utilise le shekel israélien, et ont dû convertir l'argent liquide dans des bureaux de change contrôlés par le Hamas qui prenaient une commission.

L’UNRWA, ont déclaré les plaignants, « a sciemment fourni au Hamas les dollars américains en espèces dont il avait besoin pour payer les contrebandiers d’armes, d’explosifs et d’autres matériels terroristes ».

Les changeurs de monnaie du Hamas prévoyaient une marge de 10 à 25 % sur les transactions, « garantissant qu'un pourcentage prévisible de la masse salariale de l'UNRWA allait au Hamas ».

En outre, le procès indique que l'UNRWA « a sciemment fourni un soutien matériel au Hamas à Gaza » en accordant au groupe terroriste un refuge sûr dans ses facultés, y compris les écoles et autres bâtiments utilisés pour le stockage d'armes ou les centres de commandement, sur la base de l'hypothèse que ses locaux « étaient inviolable » et donc à l’abri des attaques d’Israël.

« Les atrocités qui en ont résulté étaient prévisibles et les accusés sont responsables d'avoir aidé et encouragé le génocide, les crimes contre l'humanité et la torture du Hamas », indique le procès.

Il accuse également l’UNRWA d’utiliser dans ses écoles des manuels scolaires approuvés par le Hamas qui « endoctrinent les enfants dès leur plus jeune âge dans une idéologie de culte de la mort, de haine et de génocide » et produisent de nouvelles recrues pour le groupe terroriste.

Le procès comprenait des témoignages directs sur les abus subis par certains otages lors de leur enlèvement et de leur emprisonnement à Gaza,

Les plaignants ont souligné qu’ils ne cherchaient pas devant le tribunal « un forum pour exprimer des griefs politiques », mais plutôt « une compensation monétaire pour leurs préjudices auprès des parties qui sont responsables de ces préjudices selon les principes traditionnels de la responsabilité délictuelle ».

L'UNRWA n'a pas répondu aux demandes de commentaires du Jewish Chronicle britannique ou de Fox News, qui ont été les premiers à rendre compte du procès.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Les victimes du 7 octobre poursuivent l'UNRWA pour 1 milliard de dollars, affirmant qu'il a aidé et encouragé le Hamas