En ce moment Écouter la radio

Ministre des Affaires étrangères allemande : la sécurité d'Israël est « primordiale » pour mon pays

Israël.

Ministre des Affaires étrangères allemande : la sécurité d'Israël est « primordiale » pour mon pays
La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, à gauche, rencontre Benyamin Netanyahou à Jérusalem, le 17 avril 2024 - Maayan Toaf/GPO

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock s'est exprimée lors de la conférence d'Herzliya organisée par l'Institut de politique et de stratégie (IPS) de l'Université Reichman, soulignant que « la sécurité de l'État d'Israël est primordiale pour mon pays ».

Dans son discours, Baerbock a souligné que « les images du 7 octobre sont restées gravées dans ma mémoire depuis – en tant qu’humaine, mère et ministre des Affaires étrangères du pays responsable du pire crime de l’histoire – la Shoah. L'espoir des fondateurs d'Israël était d'être un endroit où les Juifs ne connaîtraient plus jamais cela, où ils seraient en sécurité. Le 7 octobre, cette assurance a été profondément ébranlée.»

« Il était important pour moi de venir en Israël immédiatement après le 7 octobre pour comprendre le traumatisme, venir voir et comprendre, et faire tout ce que nous pouvons pour empêcher le succès du plan cynique du Hamas. Je suis allé dans cette région 10 fois en 9 mois.

« La sécurité de l’État d’Israël est primordiale pour mon pays. Qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui, en cette période d’angoisse ? Cela signifie faire en sorte que le 7 octobre ne se reproduise plus. Cela revient à dire qu’Israël a le droit de se défendre comme n’importe quel pays du monde. Le Hamas a commencé cette guerre et doit mettre fin à cette horreur : libérer tous les otages et cesser ses attaques contre Israël. Le Hamas a cherché à déclencher une escalade régionale avec l’aide de ses soutiens régionaux. Il est particulièrement important de dire ces choses lorsqu’on s’adresse à ceux qui cherchent cyniquement à détourner l’attention des atrocités.»

Concernant le Hezbollah, le ministre Baerbock a déclaré : « Aucun pays au monde ne devrait avoir à subir de telles attaques. La résolution 1701 doit être mise en œuvre. Je me rendrai demain à Beyrouth pour discuter de nos préoccupations concernant la violence à la frontière nord.

Baerbock a souligné quatre éléments qu'elle considère comme cruciaux pour la sécurité durable d'Israël : « Une sécurité durable ne sera possible pour Israël que s'il y a une sécurité durable pour les Palestiniens, et vice versa. L’un ne peut arriver sans l’autre. Je suis conscient que le soutien à une solution à deux États n’est pas populaire en Israël aujourd’hui, mais en tant qu’ami d’Israël, je demande quelle est l’alternative pour assurer l’avenir d’Israël en tant qu’État juif et démocratique ?

« Le Hamas utilise cyniquement des civils comme boucliers humains, mais Israël doit toujours respecter le droit humanitaire international. Les images de Gaza font le tour du monde et suscitent de fortes émotions, voire de la colère. En tant qu'ami d'Israël, je veux être franc : cette colère ne sert pas les besoins de sécurité d'Israël, elle sert uniquement le Hamas. Nous ne voulons pas que la stratégie du Hamas réussisse.»

Dans son deuxième point, Baerbock a déclaré : « La plus grande force d’Israël et sa plus grande protection est son humanité et son dévouement aux droits de l’homme. » Baerbrock a déclaré que les rapports et allégations sur les mauvais traitements infligés aux Palestiniens et les déclarations de certains membres du cabinet israélien sur les sanctions financières de l'Autorité palestinienne « me dérangent parce que je ne crois pas qu'ils reflètent ce qui nous unit en tant que démocraties ». Selon elle, l’Autorité palestinienne a besoin de fonds pour se réformer, il est donc contre-productif de retenir ces fonds : « Une Autorité palestinienne réformée peut être un partenaire. »

Troisièmement, Baerbock a déclaré : « Une sécurité durable n’est possible qu’avec des partenaires, car l’isolement est l’ennemi de la sécurité. »

Et enfin, elle a déclaré : « Nous devons jeter un regard réaliste sur l’avenir de Gaza – les gens là-bas doivent pouvoir vivre dans la dignité. Nous avons discuté de la manière de mettre fin au règne de terreur de Sinwar et Deif à Gaza. En tant que communauté internationale, nous devons réfléchir à la manière dont les besoins d’Israël en matière de sécurité peuvent être satisfaits. »

« Le chemin vers une sécurité durable sera très difficile, mais se résigner n’est pas une option. »

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Ministre des Affaires étrangères allemande : la sécurité d'Israël est « primordiale » pour mon pays