En ce moment Écouter la radio

Rencontrant Yoav Gallant, Anthony Blinken appelle à « éviter une nouvelle escalade » à la frontière libanaise

Israël.

Rencontrant Yoav Gallant, Anthony Blinken appelle à « éviter une nouvelle escalade » à la frontière libanaise
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à gauche) rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au département d'État à Washington - Ariel Hermoni/Ministère israélien de la Défense

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a semblé mettre en garde Israël contre le lancement d’une offensive majeure contre le Hezbollah lors de sa rencontre mardi avec le ministre de la Défense en visite Yoav Gallant.

Blinken « a souligné l’importance d’éviter une nouvelle escalade du conflit et de parvenir à une résolution diplomatique permettant aux familles israéliennes et libanaises de rentrer chez elles », a déclaré le Département d’État dans son rapport sur la rencontre du secrétaire avec Gallant.

L’avertissement du plus haut diplomate américain est le dernier en date d’un haut responsable de Biden, alors que l’administration cherche à empêcher une guerre à part entière entre Israël et le Hezbollah, qui a commencé à lancer des attaques quasi quotidiennes dans le nord après l’attaque du Hamas le 7 octobre.

Le président de l'état-major interarmées, le général Charles Q. Brown Jr., a averti dimanche que toute offensive militaire israélienne au Liban risquerait une réponse iranienne pour défendre le Hezbollah et que les forces américaines seraient mises au défi de renforcer le parapluie de défense aérienne d'Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réitéré dimanche dans une interview son espoir qu’il y ait une solution diplomatique aux escarmouches à la frontière nord, tout en affirmant qu’Israël se préparait à répondre militairement à la menace si nécessaire.

Toute solution diplomatique devrait inclure « l’éloignement physique du Hezbollah de la frontière, et nous devrons le faire respecter », a déclaré Netanyahu à la Quatorzième chaîne.

Les échanges entre Israël et le groupe terroriste soutenu par l’Iran ont continué de s’intensifier ces dernières semaines, les États-Unis indiquant que le seul moyen de réduire les tensions est un cessez-le-feu dans la guerre à Gaza.

Mais ce dernier effort n’a pas encore abouti, car Israël insiste pour poursuivre la guerre jusqu’à ce que le Hamas soit vaincu, tandis que le groupe terroriste basé à Gaza refuse de libérer les otages qu’il détient à moins qu’Israël n’accepte un cessez-le-feu permanent.

Frictions sur les livraisons d'armes et négociations sur les otages
Le voyage de Gallant a coïncidé avec un autre point bas dans les relations entre le gouvernement de Netanyahu et l’administration Biden.

La semaine dernière, Netanyahu a accusé les États-Unis de refuser des armes à Israël – une accusation que Washington a niée avec véhémence, insistant sur le fait qu’il n’a retenu qu’une seule livraison de bombes lourdes qu’il craignait qu’Israël utilise dans la ville densément peuplée de Rafah, au sud de Gaza.

Un responsable américain a déclaré dimanche au Times of Israel que l’administration Biden avait supprimé ces derniers mois les procédures d’urgence qui étaient en place pour accélérer l’acheminement d’armes vers Israël avant le début de la guerre.

Cette décision a coïncidé avec un ralentissement significatif des opérations de Tsahal à Gaza et avec l'inquiétude de Washington concernant une éventuelle offensive préventive israélienne contre le Hezbollah au Liban qui pourrait conduire à une guerre régionale, a déclaré le responsable américain.

Un responsable israélien a insisté sur le fait que le retour au rythme d'avant-guerre des expéditions d'armes américaines n'a pas eu d'impact sur la capacité opérationnelle de Tsahal à Gaza ou au Liban.

En conséquence, la décision de Netanyahu d’attaquer publiquement les États-Unis a rendu perplexe et frustré l’administration Biden, a déclaré le responsable américain.

Le responsable américain a émis l'hypothèse que Netanyahu estimait qu'il pourrait bénéficier politiquement chez lui en provoquant une dispute avec Washington ou qu'il craignait que Gallant ne parvienne à convaincre les États-Unis de reprendre des transferts d'armes plus rapides lors de ses réunions à la Maison Blanche cette semaine et que le premier ministre ne serait pas reconnu pour avoir résolu le problème.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Rencontrant Yoav Gallant, Anthony Blinken appelle à « éviter une nouvelle escalade » à la frontière libanaise