En ce moment Écouter la radio

Comment Tsahal opère contre les forces cachées du Hezbollah dans le nord

Israël.

Comment Tsahal opère contre les forces cachées du Hezbollah dans le nord
Forces de Tsahal dans le nord d’Israël - Unité du porte-parole de Tsahal

Ils organisent des embuscades prolongées le long de la ligne de contact frontalière, utilisent la tromperie et la ruse, préparent des opérations terrestres de l’autre côté et tentent de frapper avec des missiles de précision.

Même si cela ne suffit pas à arrêter complètement l'armée terroriste chiite du Hezbollah – qui s'est révélée stocker des quantités massives d'armes à l'aéroport civil de Beyrouth – les forces de renseignement et de frappe de Tsahal opérant des deux côtés de la frontière libanaise ont conduit Tsahal à mettre fin à cette situation. mois avec un nombre à deux chiffres d'éliminations terroristes réussies.

Ces derniers mois, le major Meitar est devenu le commandant du seul peloton de combat de Tsahal qui opère comme ligne de front contre le Hezbollah. Elle et ses troupes de la 869e unité de renseignement de la division Galilée mènent des embuscades de camouflage avancées qui durent plus de 72 heures, certaines s'étendant même jusqu'à deux semaines, pour dénoncer et attaquer les agents du Hezbollah le long de la frontière.

Le jeune officier commande le peloton de drones qui, pendant la guerre, intègre des forces entre des outils de reconnaissance aérienne horizontaux comme les drones et verticaux comme les caméras de surveillance montées sur mât – dont beaucoup ont été attaqués et détruits par le Hezbollah, notamment au début de la guerre.

L'objectif est d'identifier immédiatement tout mouvement dans les dizaines de villages chiites, pour la plupart abandonnés depuis le 7 octobre, en supposant qu'il s'agisse probablement de membres du Hezbollah.

Quelques semaines avant la guerre, nous avons participé à une embuscade avec l’unité de renseignement et révélé comment le Hezbollah avait amené ses forces d’élite jusqu’à la barrière frontalière, se déplaçant armées avec peu d’interférences presque jusqu’à l’ancienne barrière près des colonies israéliennes. À cette époque, l’unité de renseignement avait identifié plus de 30 postes du Hezbollah construits face à Israël, susceptibles d’être attaqués le moment venu – et en effet, aucun d’entre eux n’est resté debout depuis octobre.

Cependant, ce n'était que le début du travail de l'unité de la division Galilée : 24 heures sur 24, les troupes identifient les positions cachées et les agents du Hezbollah, attendant juste qu'ils relèvent la tête pour lancer diverses munitions sur eux.

Ce sont des manœuvres lentes qui demandent une immense patience et conduisent souvent à de la frustration. Souvent, une telle surveillance confirme une cible du Hezbollah. Aujourd’hui, l’unité de renseignement se prépare également à un autre scénario potentiel : une éventuelle manœuvre terrestre dans le sud du Liban en cas d’éclatement d’une guerre à grande échelle avec le Hezbollah.

"Nos soldats opèrent avec détermination et zèle. Nous nous préparons à d'éventuelles attaques terrestres du Hezbollah, à supposer qu'elles puissent commencer demain matin. Toutes ces années de préparation aux frontières nous aident désormais grandement", affirme l'unité divisionnaire de renseignement.

"Les cellules de frappe de la division, avec lesquelles nous fermons les cercles de tir, deviennent de semaine en semaine plus efficaces, et nous profitons de cette période de friction pour nous améliorer. Le combat défensif est rude, contrairement à une offensive où l'on comprend la flèche bleue. Ici, vous Il faut une patience de fer et le bon mouvement tactique pour éviter d'être exposé et blessé, empêchant ainsi tout gain à l'ennemi.

Même s’il semble que des combats avec le Hezbollah aient lieu quotidiennement le long de la frontière, ce n’est pas le cas le long des 135 kilomètres allant de Rosh Hanikra au mont Dov, où l’unité opère. La plupart des longues embuscades, parmi les buissons épineux et les arbustes denses, avec peu d’eau et de nourriture sur un terrain complexe, se terminent souvent sans tirer d’arme ni identifier un ennemi.

Cependant, la valeur de cette collecte de renseignements dans la zone grise est significative, car elle permet de mieux comprendre les tactiques du Hezbollah, car celui-ci opère actuellement de manière plus évasive. Les soldats du renseignement observent comment le Hezbollah utilise de plus en plus de véhicules civils pour ses déplacements quotidiens, se cache dans des refuges pour les commandants sur le terrain, s'approche des positions de la FINUL et reste à proximité des postes de l'armée libanaise.

La tâche la plus difficile consiste à déterminer si et quand le moment viendra où des milliers de membres du Hezbollah encore présents dans le sud du Liban lanceront un assaut contre la frontière, malgré l’état d’alerte et l’état de préparation du commandement du Nord.

Jusqu’à présent, plusieurs tentatives d’infiltration de petites cellules du Hezbollah ont été identifiées et déjouées sans renseignement préalable, grâce à la vigilance des guetteurs, des forces de renseignement et des soldats de terrain qui ont réagi rapidement. Certaines embuscades de l'unité de renseignement durent de 14 à 20 jours sur le terrain.

"Le Hezbollah essaie également de recueillir des informations sur nous et de nous dénoncer", a ajouté un membre de l'unité 869, commandée par le lieutenant-colonel Roi Horowitz, dont la famille a été évacuée du kibboutz Gesher Haziv.

Le major Meitar mène de longues embuscades avec ses soldats sur le terrain. Sa mission première, au-delà de l’élimination des membres du Hezbollah, est d’affiner continuellement les techniques de combat contre l’armée terroriste.

"Nous recherchons littéralement des agents du Hezbollah jour et nuit, et ce n'est pas facile car cela signifie parfois attendre des semaines pour que quelque chose se passe ou bouge", explique-t-elle. "Par conséquent, même lorsque je suis sur le terrain avec les soldats et que je les entraîne, nous développons constamment nos méthodes et nos armes. Chaque jour, l'ennemi ici peut agir différemment, ce qui nous oblige à nous adapter. Jusqu'à présent, les forces ont éliminé environ 400 membres du Hezbollah, dont 100 dirigés par notre unité. »

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Comment Tsahal opère contre les forces cachées du Hezbollah dans le nord