En ce moment Écouter la radio

Le Trésor exhorterait Smotrich à faire des coupes et à augmenter les impôts pour récolter 30 à 50 milliards de shekels

Israël.

Le Trésor exhorterait Smotrich à faire des coupes et à augmenter les impôts pour récolter 30 à 50 milliards de shekels
Le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich - Shlomi Amsalem

Les responsables du Trésor ont recommandé cette semaine au ministre des Finances Bezalel Smotrich que des réductions et des impôts soient imposés l’année prochaine afin de lever 30 à 50 milliards de shekels supplémentaires (8 à 13,4 milliards de dollars) pour financer les coûts de guerre, ont rapporté jeudi les médias hébreux.

Le reportage de la Douzième chaîne a déclaré que lors des discussions marathon sur le budget de l'État 2025, les responsables ont déclaré à Smotrich qu'Israël devait envoyer un message aux agences de notation de crédit selon lequel il prenait au sérieux une surveillance financière appropriée et ne pouvait pas continuer à augmenter les dépenses déficitaires, car le déficit actuel est en cours. La guerre entre Israël et le Hamas entraîne des coûts importants pour les finances du pays.

Les mesures spécifiques qui auraient été proposées comprennent l'augmentation de la TVA actuelle de 17 pour cent de deux points de pourcentage pour la porter à 19 pour cent ; réduire les allocations familiales; geler les salaires du secteur public ; arrêter les ajustements inflationnistes des taux d’imposition sur le revenu pour générer davantage de revenus ; limiter les allégements fiscaux sur les fonds d'épargne des travailleurs qui sont principalement financés par les employeurs ; et réduire les dépenses de la coalition.

Commentant la réunion, Smotrich a déclaré mardi que le budget 2025 serait « un défi », mais que « nous réussirons à agir de manière financièrement responsable, pour répondre à tous les besoins de la guerre, au front et à l'intérieur, jusqu'à ce que victoire et de mettre l’économie israélienne sur la voie d’une croissance accélérée.

Alors que le déficit budgétaire atteignait déjà 7,2 % du PIB en mai, au-dessus de l'objectif de 6,6 % pour 2024, et que les agences de notation ont abaissé la note de crédit d'Israël, des ajustements budgétaires « significatifs » du côté des dépenses et des augmentations d'impôts du côté des recettes sont nécessaires pour empêcher la Le déficit risque de devenir incontrôlable, ont mis en garde la Banque d’Israël et de hauts économistes.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Le Trésor exhorterait Smotrich à faire des coupes et à augmenter les impôts pour récolter 30 à 50 milliards de shekels