En ce moment Écouter la radio

La Haute Cour ordonne au contrôleur de l’État de suspendre l’enquête du 7 octobre sur Tsahal et le Shin Bet

Israël.

La Haute Cour ordonne au contrôleur de l’État de suspendre l’enquête du 7 octobre sur Tsahal et le Shin Bet
Le contrôleur d'État Matanyahu Englman, à droite, et le maire de Ma'alot-Tarshiha Arkady Pomeranets visitant un abri anti-aérien de la ville - Autorisation du bureau du contrôleur d'État

La Haute Cour de justice a rendu dimanche une ordonnance provisoire ordonnant au contrôleur d’État Matanyahu Englman de suspendre tous les aspects de son enquête sur les manquements liés aux attaques du Hamas du 7 octobre qui concernent l’armée israélienne et l’agence de renseignement intérieur Shin Bet.

La juge Gila Canfy-Steinitz a écrit qu'après avoir examiné les documents de position classifiés soumis par les agences de sécurité, elle avait décidé d'ordonner au contrôleur de suspendre sa vaste enquête jusqu'à ce que le tribunal tienne une audience sur les requêtes contre son examen de la calamité du 7 octobre en juillet.

L'enquête de Matanyahu est controversée depuis qu'il l'a annoncée en décembre 2023. Des groupes de surveillance de la bonne gouvernance ont déposé une requête auprès du tribunal contre l'initiative du contrôleur, arguant qu'elle ne relevait pas de sa compétence et nuirait aux capacités opérationnelles de Tsahal, et exprimant leur inquiétude quant au fait que l'enquête ignorer la responsabilité politique de l’invasion et des massacres dévastateurs.

L'armée israélienne et le bureau du procureur général se sont également opposés à l'enquête.

Englman a toutefois fait valoir qu'un retard prolongé nuirait aux chances de mener une évaluation approfondie et efficace de la calamité du 7 octobre.

En décembre dernier, le contrôleur avait annoncé qu'il mènerait une vaste enquête sur l'invasion et le massacre du 7 octobre perpétrés par le Hamas, déclarant que son bureau examinerait tous les aspects des « défaillances multi-systèmes », y compris ceux ayant des « problèmes personnels ». responsabilité » des « échecs à tous les niveaux – politique, militaire et civil ».

Le chef d'état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, lui a demandé de retarder l'enquête sur l'armée, déclarant dans une lettre en janvier que cela "détournerait l'attention des commandants des combats, nuirait à la capacité d'enquête opérationnelle et ne permettrait pas". tirer les leçons nécessaires pour atteindre les objectifs de la guerre.

Le bureau du procureur général a adopté la position des pétitionnaires s'opposant aux efforts du contrôleur, affirmant que son enquête causerait « un préjudice important à la capacité opérationnelle des services de sécurité et nuirait aux combats ».

Après avoir décidé en mai qu'elle n'arrêterait pas l'enquête du contrôleur, Canfy-Steinitz a changé de position dimanche.

« Compte tenu de la réalité complexe en matière de sécurité, de la portée prévue de l'enquête – qui portera, entre autres, sur le système d'appui au combat et les principales questions opérationnelles – et de la préparation requise pour répondre à [l'enquête] à l'heure actuelle, et tout en accordant un poids significatif aux prises de position classifiées des agences de sécurité qui m’ont été soumises, j’ordonne la suspension des procédures d’enquête dans tout ce qui concerne Tsahal et le Shin Bet », a statué Canfy-Steinitz.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
La Haute Cour ordonne au contrôleur de l’État de suspendre l’enquête du 7 octobre sur Tsahal et le Shin Bet