En ce moment Écouter la radio

Le Wall Street Journal révèle des messages de Yahya Sinwar sur les victimes civiles à Gaza : des « sacrifices nécessaires »

Israël.

Le Wall Street Journal révèle des messages de Yahya Sinwar sur les victimes civiles à Gaza : des « sacrifices nécessaires »
Le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Yahya Sinwar - DR

Le Wall Street Journal a révélé lundi soir une correspondance accablante entre le chef du Hamas Yahya Sinwar et ses plus proches collaborateurs au sein de l'organisation terroriste.

Sinwar refuse depuis des mois d'accepter un accord de cessez-le-feu et d'échange de prisonniers qui n'inclut pas la fin complète de la guerre et le retrait de l'armée israélienne de Gaza - deux conditions qui laisseraient le Hamas au pouvoir et capable de se regrouper, et qui permettraient le groupe terroriste à tenir sa promesse de perpétrer à l'avenir des massacres répétés du « 7 octobre ».

Derrière ce refus, note le WSJ, « il y a un calcul selon lequel davantage de combats – et davantage de morts civiles palestiniennes – joueraient à son avantage ».

Le site note que "dans des dizaines de messages" Sinwar a "fait preuve d'un froid mépris pour la vie humaine et a clairement indiqué qu'il pensait qu'Israël avait plus à perdre dans la guerre que le Hamas". Les messages ont été partagés par plusieurs personnes ayant des points de vue différents sur Sinwar.

Dans un récent message adressé aux responsables du Hamas cherchant à négocier un accord d'échange de prisonniers, Sinwar a écrit : « Nous avons les Israéliens là où nous les voulons. »

Dans un autre message adressé aux dirigeants du Hamas à Doha, Sinwar a décrit les morts civiles à Gaza comme des « sacrifices nécessaires ».

Concernant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il avait affirmé – dès 2018 – qu'« une victoire serait encore pire qu'une défaite ». Il a également déclaré : « Nous ne faisons la une des journaux qu'avec du sang. Pas de sang, pas de nouvelles. »

Sinwar a également promis à ses subordonnés que « le voyage d’Israël à Rafah ne serait pas une promenade de santé ».

Et dans une lettre du 11 avril adressée au chef du Hamas Ismail Haniyeh, suite à la mort de trois des fils de Haniyeh, Sinwar a écrit que ces morts et d'autres « insufflent la vie dans les veines de cette nation, la poussant à s'élever vers sa gloire et son honneur ».

Dans un message, cependant, Sinwar a admis que lors du massacre du 7 octobre, « les choses sont devenues incontrôlables ». Faisant référence aux terroristes et aux civils de Gaza qui ont pris en otages des femmes et des enfants civils, il a ajouté : « Les gens se sont laissés entraîner dans cela, et cela n'aurait pas dû arriver ».

"L'objectif ultime de Sinwar semble être d'obtenir un cessez-le-feu permanent qui permette au Hamas de déclarer une victoire historique en survivant à Israël et de revendiquer le leadership de la cause nationale palestinienne", a ajouté le WSJ . "Même sans une trêve durable, Sinwar pense que Netanyahu a peu d'autres options que d'occuper Gaza et de s'enliser dans la lutte contre une insurrection dirigée par le Hamas pendant des mois ou des années."

Le WSJ a également noté que, selon des responsables arabes qui ont parlé au Hamas, dès novembre, les dirigeants politiques du Hamas ont commencé à se distancier de Sinwar, affirmant qu'il ne les avait pas informés avant les attaques du 7 octobre. Et début décembre, ces dirigeants politiques ont commencé à rencontrer d’autres factions arabes palestiniennes pour discuter d’un plan d’après-guerre – mais Sinwar n’a pas été consulté.

Il a ensuite qualifié ces pourparlers de « honteux et scandaleux », soulignant : « Tant que les combattants sont toujours debout et que nous n'avons pas perdu la guerre, de tels contacts doivent cesser immédiatement. Nous avons les capacités de continuer à combattre pendant des mois ».

Sinwar a exhorté ses camarades de l'échelon politique du Hamas à ne pas faire de concessions dans les négociations en vue d'un accord, mais plutôt à insister pour mettre fin à la guerre, afin de faire pression sur Israël. Il a promis que la branche militaire du Hamas était prête pour le conflit de Rafah, ajoutant que « le voyage d'Israël à Rafah ne sera pas une promenade de santé ».

Sinwar lui-même, quant à lui, est prêt à mourir en combattant, comparant la guerre à Gaza à la guerre au cours de laquelle Mohammed a été tué. "Nous devons avancer sur le même chemin que celui que nous avons commencé. Ou que ce soit un nouveau Karbala."

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chavouot - 11/12/13 Juin
Le Wall Street Journal révèle des messages de Yahya Sinwar sur les victimes civiles à Gaza : des « sacrifices nécessaires »