En ce moment Écouter la radio

Benyamin Netanyahou : je ne laisserai pas le Hamas à Gaza, les Israéliens ne veulent pas que je le fasse

Israël.

Benyamin Netanyahou : je ne laisserai pas le Hamas à Gaza, les Israéliens ne veulent pas que je le fasse
Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou - Capture d'écran

L'opinion publique israélienne soutient l'objectif de la guerre visant à détruire le Hamas à Gaza, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu , alors que les négociations sur un accord d'otages restent au point mort, alors que le secrétaire d'État américain Antony Blinken est sur le point d'arriver dans la région avec une escale en Israël le Lundi.

« Concernant la demande du Hamas… que nous nous engageions à mettre fin à la guerre sans atteindre nos objectifs – l'élimination du Hamas et tout le reste – je ne suis pas prêt, c'est clair. Non seulement moi, mais je pense que l’ensemble du public [israélien] n’est pas prêt », a déclaré Netanyahu.

"Nous sommes déterminés à obtenir une victoire absolue. Nous ne voulons pas et ne pouvons pas abandonner l'arène [de Gaza]", non seulement à cause des soldats tombés au combat, mais aussi parce que l'avenir du pays est en jeu, a-t-il déclaré.

Il a prononcé ces mots lors d'une réunion avec le Valor Forum, juste un jour après le sauvetage spectaculaire par l'armée israélienne de quatre otages détenus à Gaza depuis le 7 octobre : Noa Argamani, Almog Meir Jan, 22 ans, Andrey Kozlov, 27 ans, et Shlomi Ziv, 41 ans. 

Netanyahu, qui a subi des pressions publiques persistantes pour parvenir à un accord pour le retour des 120 otages restants à Gaza, a déclaré qu'il était déterminé à les libérer, mais qu'il n'accepterait qu'un accord permettant à Israël de détruire le Hamas. 

Pression publique pour libérer les otages restants
Le groupe terroriste, à son tour, a insisté sur le fait que tout accord doit inclure dès le départ l’engagement israélien de mettre fin à la guerre et de se retirer de Gaza. Il a également exigé qu’Israël libère les prisonniers de sécurité palestiniens et les terroristes détenus dans ses prisons.

Les États-Unis sont au milieu d’une campagne diplomatique massive visant à forcer le Hamas à accepter un accord en trois phases, que le président américain Joe Biden a dévoilé le 31 mai. Le Hamas s’est prononcé contre cet accord mais ne l’a pas totalement rejeté.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jack Sullivan, a pris la parole depuis Paris, en marge de la visite de Biden, pour exhorter le Hamas à accepter l'accord, qui ne traite de la question d'un cessez-le-feu permanent qu'à partir du 16e jour de la première phase.

Israël a accepté d’aller de l’avant et d’accepter l’accalmie des combats qui accompagnerait l’accord, tant qu’il n’est pas obligé de promettre de mettre fin à la guerre à ce stade.

Sullivan a déclaré que la meilleure réponse aux souffrances palestiniennes à Gaza était « un cessez-le-feu et un accord sur les otages ».

Il s'est exprimé au milieu d'informations selon lesquelles plus de 270 Palestiniens auraient été tués lors de l'opération de sauvetage des otages de samedi. L’armée israélienne avait initialement estimé ce nombre à 90, parmi lesquels un nombre indéterminé de combattants.

"Pourquoi le président Biden s'exprime-t-il publiquement et appelle-t-il à un cessez-le-feu et à un accord sur les otages, parce qu'il pense que le meilleur moyen de ramener tous les otages chez eux est dans le cadre d'un accord dans lequel ils sont amenés à sortir diplomatiquement et où il n'y a pas besoin d'opérations militaires pour les obtenir. chaque otage est sorti », a déclaré Sullivan à CNN.

« Malheureusement, nous allons continuer à assister à des conflits et à des opérations militaires en cours dans lesquels Israël s’efforce de récupérer ses citoyens et, franchement, de récupérer les citoyens américains. 

« Ce que nous préférerions de loin, c’est un cessez-le-feu dans lequel l’otage serait sorti pacifiquement » et ce type d’accord est déjà sur la table, a-t-il déclaré. 

« Israël a dit oui. Le Hamas doit maintenant dire oui. C’est là que se trouvent tous les efforts, l’énergie et l’attention du président Biden.

« Vous avez entendu hier le président français ici à Paris dire que la France soutient cela, que le monde le soutient, et que le Hamas devrait venir à la table et dire oui », a déclaré Sullivan.

Les Brigades armées al-Qassam du Hamas ont déclaré dimanche dans une vidéo publiée sur leur chaîne Telegram que trois otages avaient été tués , dont un citoyen américain, lors de la mission de sauvetage de samedi. 

Le groupe n'a pas divulgué les noms des personnes qui auraient été tuées, mais la vidéo montrait ce qui semblait être trois cadavres non identifiables utilisant des barres de censure sur leurs visages.

"Vos captifs ne seront pas libérés tant que nos prisonniers ne seront pas libérés", ajoute la vidéo. 

Une affirmation du Hamas samedi selon laquelle certains otages avaient été tués au cours de l'opération a été rejetée peu après comme un « mensonge flagrant » par un porte-parole de l'armée israélienne.

La vidéo est un rappel brutal, alors que les Israéliens célébraient un rare moment d'euphorie en voyant des otages rentrer vivants, que la mission n'avait pas fait grand-chose pour changer la situation sur le terrain, dans laquelle Israël était engagé dans une bataille existentielle avec l'Iran et ses forces mandataires. Hamas et Hezbollah.

« Nous sommes également obligés de restituer les otages de différentes manières », a déclaré Netanyahu. « Mais avant tout, nous nous engageons à assurer notre avenir. Notre avenir n'existera pas ici, face à l'axe du mal iranien et à ses métastases, si nous inclinons simplement la tête » et abandonnons, a-t-il expliqué.

Israël, a expliqué Netanyahu, est confronté à des menaces provenant de sept arènes : le Hamas à Gaza, le Hezbollah au Liban, les Houthis au Yémen, les milices en Irak et en Syrie, l'Iran et la Cour pénale internationale .

C'est une situation qui nécessite l'unité nationale, a-t-il souligné.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
Benyamin Netanyahou : je ne laisserai pas le Hamas à Gaza, les Israéliens ne veulent pas que je le fasse