En ce moment Écouter la radio

Opération Arnon : comment les forces spéciales sont parvenues à approcher les otages

Israël.

Opération Arnon : comment les forces spéciales sont parvenues à approcher les otages
4 otages libérés - Tsahal

Certains membres des forces spéciales israéliennes qui sont entrés dans le camp de Nuseirat à Gaza samedi pour mener une opération de sauvetage de grande envergure visant à libérer quatre otages se sont fait passer pour des habitants déplacés de Gaza ou des terroristes du Hamas, selon des témoins oculaires cités par des médias arabes.

La chaîne d’information saoudienne Asharq a cité des habitants qui ont déclaré qu’une unité des forces spéciales, comprenant des femmes, était entrée dans le camp sous couvert d’un déguisement, à bord d’une voiture blanche chargée de matelas, vêtues de vêtements « que les femmes portent ici pendant la guerre ».

Elles se sont présentées aux résidents locaux comme des Palestiniens fuyant l’opération de l’armée israélienne à Rafah, et ont déclaré qu’elles avaient loué un logement dans la zone entourant le marché de Nuseirat, tout en montrant du doigt le bâtiment où l’otage Noa Argamani était détenu. Les trois otages masculins qui ont également été sauvés lors de l’opération – Andrey Kozlov, Shlomi Ziv et Almog Meïr Jan – étaient détenus dans un autre bâtiment situé à 200 mètres de là.

Le site d’information israélien Ynet a déclaré que l’unité était composée de mistaaravim, des agents infiltrés des forces spéciales qui opèrent dans les zones palestiniennes en se fondant dans la population arabe locale, notamment en parlant couramment la langue. Le terme se traduit par « ceux qui deviennent comme des Arabes ».

L’unité serait entrée dans le camp de Nuseirat par une zone proche de l’embarcadère maritime américain récemment construit et du corridor de Netzarim, un passage est-ouest traversant Gaza au nord du camp, tenu par Tsahal et utilisé comme point de départ pour les raids dans le nord et le centre de la bande de Gaza.

Les femmes de l’unité des mistaaravim déguisées seraient sorties de leur voiture et se seraient séparées en deux groupes, chacun se dirigeant vers l’un des deux bâtiments, en préparation de l’opération.

Des témoins oculaires ont déclaré à Asharq que d’autres forces spéciales s’étaient également introduites dans le camp de Nuseirat à l’intérieur d’un camion d’aide. L’armée a démenti avoir utilisé des transports humanitaires pour l’Opération « Arnon ».

Dans un autre article, un résident du camp de Nuseirat a déclaré à la chaîne d’information saoudienne Al-Arabiya qu’il avait vu des hommes entrer en trombe dans l’appartement de son voisin, portant des uniformes, des casques et des insignes « militaires » du Hamas, et qu’il avait d’abord pensé qu’il s’agissait d’éléments du groupe terroriste palestinien, avant de se rendre compte qu’il s’agissait de membres d’une unité spéciale de Tsahal.

L’homme a raconté qu’il y avait eu un « échange de tirs insensé » et que des avions avaient tiré sur le bâtiment de son voisin, Ahmed Aljamal, « de toutes les directions ».

Un message écrit sur X sur le même incident de Rami Abdu, directeur de l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’Homme (Euro-Med Human Rights Monitor), affilié au Hamas, affirme que l’armée israélienne a utilisé une échelle pour pénétrer dans le domicile d’Aljamal.

Le même tweet décrivait le fils d’Ahmed, Abdallah Aljamal, comme un journaliste et un porte-parole du ministère du Travail dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

Tsahal a confirmé dimanche qu’Abdallah Aljamal détenait les otages Meïr Jan, Kozlov et Ziv dans son domicile avec l’aide de sa famille.

Abdallah Aljamal a écrit une chronique pour Al Jazeera en 2019, ce qui a donné lieu à des rumeurs selon lesquelles il s’agissait d’un correspondant gazaoui du média qatari qui détenait un otage à son domicile – une affirmation non fondée que la chaîne a catégoriquement démentie dimanche.

Les quatre otages israéliens ont été sauvés vivants de la captivité aux mains du Hamas samedi dans deux bâtiments distincts au cœur du camp de réfugiés de Nuseirat, situé au centre de la bande de Gaza.

Noa, 26 ans, Almog, 21 ans, Andrey, 27 ans, et Shlomi, 40 ans, avaient été enlevés au Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm,

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chavouot - 11/12/13 Juin
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
Opération Arnon : comment les forces spéciales sont parvenues à approcher les otages