En ce moment Écouter la radio

L'Iran autorise 6 candidats à la présidentielle et bloque à nouveau Ahmadinejad

International.

L'Iran autorise 6 candidats à la présidentielle et bloque à nouveau Ahmadinejad
L'ancien président iranien, Mahmoud Ahmadinejad - X

Le Conseil des gardiens de l'Iran a approuvé dimanche la candidature du président du parlement radical du pays et de cinq autres personnes à l'élection présidentielle du 28 juin à la suite d'un accident d'hélicoptère qui a tué le président Ebrahim Raisi et sept autres personnes.

Le conseil a de nouveau interdit à l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad, un populiste incendiaire connu pour sa rhétorique anti-israélienne et antisémite dure et pour la répression qui a suivi sa réélection contestée de 2009, de se présenter.

La décision du conseil représente le coup d'envoi d'une campagne écourtée de deux semaines pour remplacer Raisi, un protégé de la ligne dure du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, autrefois évoqué comme successeur possible du religieux de 85 ans.

La sélection des candidats approuvée par le Conseil des Gardiens, un groupe de religieux et de juristes finalement supervisé par Khamenei, suggère que la théocratie chiite iranienne espère faciliter les élections après que les récents votes ont vu une participation record et que les tensions restent élevées sur le nucléaire progressant rapidement dans le pays. programme, ainsi que la guerre entre Israël et le Hamas.

Le Conseil des gardiens a également continué à refuser toute femme ou toute personne appelant à un changement radical dans la gouvernance du pays.

La campagne comprendra probablement des débats télévisés en direct des candidats sur la chaîne de télévision publique iranienne. Ils font également de la publicité sur des panneaux d'affichage et proposent des discours pour soutenir leurs offres.

Jusqu'à présent, aucun d'entre eux n'a donné de précisions, même si tous ont promis une meilleure situation économique pour le pays, qui souffre des sanctions des États-Unis et d'autres pays occidentaux à cause de son programme nucléaire, qui enrichit désormais l'uranium plus près que jamais de la qualité militaire. les niveaux.

De telles questions d’État restent la décision finale de Khamenei, mais dans le passé, les présidents ont penché soit vers l’engagement, soit vers la confrontation avec l’Occident.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
L'Iran autorise 6 candidats à la présidentielle et bloque à nouveau Ahmadinejad