En ce moment Écouter la radio

Capsule minimal, chronique de Jean-François Strouf

Israël.

Capsule minimal, chronique de Jean-François Strouf
Capsules de bouteilles - Capsule minimal

Je suis bluffé par cette société et vous allez vite comprendre pourquoi ! Voici ce qu’ils disent sur leur site : Nous payons trop cher et notre planète aussi. Une famille européenne moyenne utilise chaque année plus de 200 bouteilles de savon pour les mains, de shampoing, de gel douche et d’autres produits de soins personnels. Ces produits sont pour la plupart des bouteilles en plastique remplies d’eau et de quelques principes actifs. Vous achetez donc beaucoup d’eau que vous avez déjà chez vous et du plastique que vous allez bientôt jeter. Nous développons des produits avancés respectueux de l’environnement, sains et économiques qui changeront la façon dont nous consommons les produits d’hygiène. 

Ami Krupik, président de Capsule Minimal

« Si vous regardez autour de vous, la plupart des produits d’usage quotidien sont à base d’eau : cosmétiques, articles de toilette, peinture, produits de nettoyage. Vous avez besoin d’un médiateur pour délivrer les ingrédients actifs, et c’est généralement de l’eau car la plupart des ingrédients actifs sont solubles dans l’eau », explique Ami Krupik, cofondateur et président de Capsule Minimal.

"Nous avons tous plusieurs robinets d'eau dans nos maisons et pourtant nous amenons de l'eau à des milliers de kilomètres de là où les produits ont été fabriqués", dit-il.  « C'est dingue. Pourquoi devriez-vous utiliser de l’eau provenant d’un pays pour vous laver les cheveux dans un autre pays ? »

Ils disent !: « Nous produirons et vendrons des capsules hydrosolubles contenant tous les ingrédients actifs nécessaires. Au lieu d'acheter une bouteille remplie du produit, l'utilisateur achète une capsule solide d'un volume allant jusqu'à 20 % seulement du produit ordinaire, la met dans une bouteille spécialement conçue et réutilisable, la remplit avec l'eau du robinet, et dans en peu de temps, on obtient un produit fini de haute qualité. »

Ajouter de l’eau au savon ou au shampoing concentré dans une bouteille réutilisable au point d’utilisation réduirait considérablement les coûts et la pollution. La solution rechargeable de Capsule Minimal vise à permettre aux consommateurs d'arrêter d'utiliser des milliards de bouteilles de produits de soins personnels. Photo gracieuseté de Capsule Minimal. Quatre-vingt-cinq pour cent du contenu de toutes ces bouteilles en plastique de savon liquide, de shampoing et de détergent que nous utilisons quotidiennement est de l’eau. Seulement 15 % constituent l’ingrédient actif qui fait le travail pour lequel nous l’avons acheté. Si l’eau pouvait être ajoutée là où le produit est utilisé plutôt que là où il est fabriqué, l’emballage serait beaucoup plus petit, plus léger et moins cher. Et cela entraînerait une cascade d’améliorations environnementales dans la fabrication, l’emballage, le transport, le stockage et l’élimination des articles de toilette, nettoyants et autres produits ménagers à base d’eau.

Conception minimale. Logistique minimale. Émissions minimales. Emballage minimal. Poids minimal. Coûts minimes. Transport minimal. Volume minimal. Production minimale. Abus minimal de la planète. Déchets minimes. Énergie minimale.

Jean-François Strouf

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
Capsule minimal, chronique de Jean-François Strouf