En ce moment Écouter la radio

L’Arabie Saoudite supprime largement la représentation négative d’Israël de son programme scolaire

International.

L’Arabie Saoudite supprime largement la représentation négative d’Israël de son programme scolaire
Le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane - Capture d'écran vidéo

Une étude des manuels scolaires saoudiens a révélé des progrès croissants dans la représentation d'Israël et du sionisme par le royaume, dans la continuité d'une tendance positive apparue ces dernières années.

Les manuels scolaires pour l'année scolaire 2023-2024 n'enseignent plus que le sionisme est un mouvement européen « raciste », et ne nient plus la présence historique juive dans la région, selon l' étude publiée la semaine dernière par l'organisation à but non lucratif IMPACT-se, qui surveille programmes éducatifs dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

« C'est un petit pas qui montre un changement de discours à l'égard d'Israël et montre plus de tolérance et d'ouverture », a déclaré Nimrod Goren, qui dirige Mitvim – l'Institut israélien pour les politiques étrangères régionales, au Times of Israel.

Les désignations d'Israël comme « État ennemi » ont été supprimées, mais des références à « l'occupation israélienne » peuvent encore être trouvées, et le programme scolaire souligne toujours l'engagement de l'Arabie saoudite envers la cause palestinienne.

Le nom « Israël » n’apparaît toujours pas sur les cartes, mais le nom « Palestine », qui couvrait auparavant l’intégralité du territoire israélien, a désormais été supprimé, souligne le rapport.

"Cela indique que si les Saoudiens se dirigent vers une normalisation, ils le font conformément au modèle des Émirats arabes unis et de Bahreïn", a ajouté Goren, faisant référence aux relations diplomatiques établies avec les deux monarchies du Golfe dans le cadre des accords d'Abraham en 2020.

Viser une « paix chaleureuse » avec les Saoudiens
Les relations avec les Émirats arabes unis et Bahreïn se sont traduites par une coopération culturelle et des contacts entre les peuples, une soi-disant « paix chaleureuse », contrairement à la « paix froide » qui règne avec la Jordanie et l’Égypte, deux pays où l’opinion publique est extrêmement antagoniste. en Israël.

L'ouverture progressive de l'Arabie saoudite a commencé il y a une dizaine d'années, a ajouté Goren. « Le processus ressemble à ce que les Émirats arabes unis et Bahreïn faisaient au cours de la décennie précédant les accords d’Abraham, une démarche très lente et progressive qui reflète la tolérance et la normalisation de l’engagement, ce qui en fait une routine plus routinière en termes de perception du public », a-t-il déclaré.

"Les Émirats arabes unis, par exemple, ont beaucoup joué la carte de la tolérance religieuse, avec la construction de la Maison de la famille abrahamique ", a ajouté Goren, faisant référence à un bâtiment comprenant une mosquée, une église et une synagogue dans la capitale des Émirats arabes unis, Abou Dhabi, inauguré en 2023. « C’était un point d’entrée facile pour présenter une meilleure perception des Israéliens et des Juifs. »

Favoriser la tolérance religieuse semble être la voie suivie par les dirigeants saoudiens pour préparer l’opinion publique à un éventuel nouveau chapitre des relations avec Israël.

L'étude sur les manuels scolaires saoudiens a révélé que l'antisémitisme a été pratiquement éradiqué des programmes scolaires du royaume. Au cours des dernières années, les étudiants saoudiens ont été exposés à des exemples flagrants de haine et d’incitation à la haine dans les manuels scolaires, note le rapport. « Les exemples qui ont depuis été supprimés incluent la caractérisation des Juifs comme des individus traîtres et des versets coraniques enseignant que les Juifs se sont transformés en singes. »

Les contenus problématiques promouvant le jihad violent et le martyre ont également été supprimés ces dernières années, note le rapport. Au lieu de cela, une interprétation non-violente du jihad est promue comme une lutte individuelle pour l’amélioration personnelle par opposition à une lutte armée contre les non-musulmans.

Israël commet des « massacres génocidaires continus »
Certains des changements les plus spectaculaires dans l'attitude saoudienne à l'égard d'Israël se sont produits dans la sphère religieuse et dans les relations avec le monde juif, avec la visite d'une délégation de Juifs américains dans le royaume en 2022 et le ministre israélien des Communications, Shlomo Karhi, qui a organisé un service de prière à Riyad quelques jours auparavant. 7 octobre.

Par ailleurs, en 2022, Mohammad bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général saoudien de la Ligue musulmane mondiale et ancien ministre de la justice de la monarchie, a dirigé une délégation musulmane au camp de concentration d'Auschwitz.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
L’Arabie Saoudite supprime largement la représentation négative d’Israël de son programme scolaire