En ce moment Écouter la radio

La police canadienne arrête un adolescent qui a frappé un étudiant israélien lors d'une « attaque brutale »

International.

La police canadienne arrête un adolescent qui a frappé un étudiant israélien lors d'une « attaque brutale »
Police canadienne - DR

La police de Fredericton a arrêté vendredi un étudiant adolescent qui avait agressé physiquement un camarade juif israélien au Nouveau-Brunswick le 30 avril dans le cadre d'une attaque documentée qui a suscité la condamnation des politiciens canadiens et des accusations d'islamophobie de la part d'un groupe de défense des droits musulmans.

L'agresseur, âgé de 16 ans, a été placé en garde à vue et libéré sous conditions. Les accusations sont en cours, bien que l'enquête soit en cours, a indiqué la police.

Les agents ont déclaré jeudi que les agents avaient réagi à la bagarre qui s'était produite près du lycée Leo Hayes et avaient recueilli des preuves auprès des personnes impliquées, telles que la victime Shaked Tsurkan, quatorze ans, et les témoins qui ont regardé et enregistré le déroulement de l'attaque.

La police et le District scolaire anglophone de l'Ouest (ASD-W) ont exhorté jeudi le public à ne pas répandre de spéculations et de rumeurs alors que la vidéo de l'attaque circulait sur les réseaux sociaux.

Les images montraient l'étudiante musulmane attaquant Tsurkan par derrière, lui attrapant les cheveux et la frappant à plusieurs reprises au visage. Tsurkan a tenté de riposter contre l'assaillant.

La bagarre a été dispersée par un homme plus âgé, qui, selon ASD-W, n'était ni un membre du personnel ni un enseignant. L'homme a accusé Tsurkan d'avoir initié le combat, exigeant : « Pourquoi l'avez-vous agressée ?

Accusations d'islamophobie
Le Conseil national des musulmans canadiens a fait écho à cette affirmation samedi, affirmant que l'accusée avait lancé l'agression en retirant son hijab et qu'elle la harcelait ainsi que d'autres élèves musulmans depuis des mois, ce qui avait été signalé aux administrateurs de l'école.

"Le harcèlement des accusés était au moins en partie motivé par l'islamophobie", a déclaré le NCCM sur les réseaux sociaux. "L'accusé laisse entendre qu'il y avait plusieurs témoins de ce qui s'est passé, y compris des passants qui ont été témoins de l'incident non impliqué à l'école, et qui peuvent témoigner de ce qui s'est réellement passé à l'école."

Le CNMC a déclaré qu'il « veillerait à ce que l'accusée ait la possibilité d'une défense juridique complète où les accusations portées contre elle seraient jugées sur la base des faits et des preuves, et a appelé à une enquête approfondie sur l'incident. L'organisation a critiqué les politiciens canadiens pour s'être engagés dans "des spéculations irresponsables" sur l'incident et la diffusion du récit selon lequel "un étudiant musulman a agressé un étudiant juif sur la base de l'antisémitisme".

Vendredi, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a rencontré les parents de Tsurkan, qu'il a félicités pour leur lutte contre l'antisémitisme et la discrimination dans les écoles.

"Cela me chagrine de voir un exemple d'antisémitisme flagrant ici même au Nouveau-Brunswick. Nous devons être unis et dénoncer de telles atrocités", a déclaré Higgs sur les réseaux sociaux. "J'espère que les autorités scolaires et policières continueront à aller au fond des choses et à punir tous ceux qui ont été impliqués dans cette attaque brutale."

Higgs était accompagné du ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Bill Hogan, et du député provincial Dominic Cardy. Higgs a déclaré que les membres de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick de tous les partis ont été horrifiés par l'incident et que les parents ont exprimé leur gratitude pour leur soutien. La chef de l'opposition du Nouveau-Brunswick, Susan Holt, et le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, ont également rencontré les parents.

Cardy a fait une déclaration de solidarité avec la communauté juive à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick vendredi, mais a déclaré que son micro avait été coupé par l'orateur. Cardy a déclaré qu'il avait entendu parler de la façon dont Tsurkan avait été "battu parce qu'il était juif" après un service commémoratif de l'Holocauste. Elle lui aurait dit que « mon corps va guérir, mais mon cœur est blessé ».

Cardy a réprimandé l'école pour avoir prétendument dit à Tsurkan d'éviter l'agresseur, le district affirmant que la situation était compliquée et les autorités refusant de parler parce que l'enquête était en cours.

"Les Juifs canadiens s'habituent à ce que rien ne soit fait pour défendre leur droit d'aller sans être battu, le droit de fréquenter les synagogues sans marcher sur des vitres brisées ", a déclaré Cardy.

ASD-W a déclaré jeudi qu'elle "est fière de favoriser un espace multiculturel et sûr, dédié au soutien de tous les élèves. Ils s'efforcent de garantir que chaque élève se sente valorisé, respecté et en sécurité au sein de la communauté scolaire à travers ses interactions avec les élèves et le fera toujours". réagir lorsqu'un acte de violence, de discrimination ou de haine se produit.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
La police canadienne arrête un adolescent qui a frappé un étudiant israélien lors d'une « attaque brutale »