En ce moment Écouter la radio

Bezalel Smotrich annule l'accord de libre-échange et impose des droits d'importation de 100 % sur les produits turcs alors que le fossé se creuse

Israël.

Bezalel Smotrich annule l'accord de libre-échange et impose des droits d'importation de 100 % sur les produits turcs alors que le fossé se creuse
Le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich - Shlomi Amsalem

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a annoncé jeudi qu'Israël abolirait son accord de libre-échange avec la Turquie et imposerait un droit de douane de 100 % sur les importations en provenance de Turquie en représailles à la décision du président turc Tayyip Erdogan de suspendre les exportations vers Israël .

Smotrich a soumis le projet à l'approbation du cabinet, y compris l'abolition de l'accord de libre-échange Israël-Turquie, signé en 1996. 

L'ALE a été élargi en 2000 pour inclure tous les produits industriels, abolissant tous les droits et taxes liés à leur importation en provenance de Turquie.

En 2007, l'ALE a été encore élargi pour couvrir une quantité importante de produits agricoles , notamment les œufs, les plantes vivantes, les légumes, les tomates séchées, les concentrés de café, divers jus (orange, citron, pomme), la bière, plusieurs types de noix et figues séchées et abricots. L'ALE a réduit leurs tarifs à 0 %.

La récente abolition de cet accord signifie que les taux de droits de douane antérieurs seront réimposés et qu'un nouveau taux de 100 % sera ajouté.

Smotrich a précisé que ces tarifs resteraient en vigueur aussi longtemps que le président turc Recep Tayyip Erdogan resterait au pouvoir.

Augmenter la diversité des importations 
En outre, le ministre de l’Économie, des Affaires étrangères et des Finances devrait prendre les mesures nécessaires pour diversifier les importations israéliennes en s’éloignant des produits turcs et créer des sources d’importation alternatives afin de réduire la dépendance d’Israël à l’égard de l’économie turque.

Le plan explique que la diversification peut provoquer des perturbations à court terme mais devrait, à long terme, réduire les coûts et contribuer à atténuer les futurs problèmes d'approvisionnement dus aux événements géopolitiques.

Cette décision devrait également contribuer à améliorer la résilience et la compétitivité industrielle israélienne sur les marchés mondiaux.

L’Association des fabricants d’Israël, qui prétend représenter 1 800 membres responsables de plus de 90 % de la production industrielle israélienne, a poussé les fabricants à rechercher d’autres importations en provenance de Chine, d’Europe de l’Est, de Grèce, d’Allemagne, de Chypre et de Taiwan.

« Augmenter les droits de douane sur les importations de Turquie est une réponse sioniste appropriée à Erdogan », a déclaré Smotrich. "Son annonce de l'arrêt des importations vers Israël constitue une déclaration de boycott économique et une grave violation des accords commerciaux internationaux auxquels la Turquie s'est engagée."

"Pendant de trop nombreuses années, l'État d'Israël a lutté contre l'antisémitisme d'Erdogan. Pas de mon côté !"

"Si, à la fin du mandat d'Erdogan, les citoyens turcs élisent un dirigeant sain d'esprit et qui ne déteste pas Israël, il sera possible de revenir à l'accord commercial avec la Turquie."

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
Bezalel Smotrich annule l'accord de libre-échange et impose des droits d'importation de 100 % sur les produits turcs alors que le fossé se creuse