En ce moment Écouter la radio

La vallée des gazelles, chronique de Jean-François Strouf

Israël.

La vallée des gazelles, chronique de Jean-François Strouf
Une gazelle de montagne regarde l'autoroute en Israël - Amir Balaban, Société pour la protection de la nature en Israël

La Gazelle de montagne est élégante, gracile et vue de profil, quand seule une de ses cornes est visible et dissimule l’autre, ressemble à une licorne. C’est un animal endémique de la région du Proche-Orient et on la retrouve naturellement dans les monts de Judée autour de Jérusalem.

La construction d’une route périphérique reliant divers points de la région de Jérusalem les a confinés dans le creux d’une vallée.

La route les empêchait de rejoindre d’autres espaces verts. Je vais rappeler ici quelques points essentiels à la bonne compréhension du phénomène. Une espèce se porte bien quand sont réunis plusieurs facteurs : que le groupe soit assez important pour assurer la diversité génétique du groupe. Quand ces animaux sont susceptibles d’être la proie de prédateurs, ils doivent pouvoir rejoindre des zones refuges au sein desquels ils disposent d’avantages sur leurs prédateurs. Typiquement pour gazella gazella, la possibilité de se réfugier vers les hauteurs. En zone fortement urbanisée, des passages aménagées au -dessus ou au-dessous des routes doivent assurer une continuité territoriale.

Nous étions aux antipodes de ces conditions optimales. Ce merveilleux spectacle d’animaux libres a failli disparaître du paysage de Jérusalem, quand en 2015, elles n’étaient plus que trois survivantes des accidents de traversée de route qui les coinçaient et les empêchaient de rejoindre les hauteurs pour fuir les prédateurs, chacals et chiens et errants qui s’attaquaient à ces proies sans défense et sans refuge.

La mairie de Jérusalem et la Société pour la Protection de la Nature en Israël ont œuvré de concert pour créer le « parce de la vallée des gazelles », une réserve naturelle urbaine, qui remplit la double fonction de leur servir de sanctuaire et d’être le poumon vert de la capitale d’Israël. Yaël Hammerman-Solar, directrice du parc, indiquait qu’avec la protection des dix premiers animaux réintroduits il y a neuf ans et les naissances, le nombre des gazelles avait décuplé !

Cette initiative est heureuse puisque la gazelle des montagnes figure encore dans la liste des espèces en danger de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), même si Israël lui consacre de nombreux sanctuaires dans le reste du pays et que sa population, contrairement à la tendance générale au Proche et au Moyen-Orient, s’est développée pour atteindre près de 3000 individus.

De passage à Jérusalem, n’hésitez pas à visiter le parc de la « Vallée des Gazelles ».

Jean-François Strouf

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
La vallée des gazelles, chronique de Jean-François Strouf