En ce moment Écouter la radio

L'Egypte se joint au procès de la Cour Internationale de Justice contre Israël

International.

L'Egypte se joint au procès de la Cour Internationale de Justice contre Israël
Le ministre des affaires étrangères égyptien, Sameh Choukry - Capture d'écran vidéo

Alors que Tsahal approfondit ses opérations terrestres à Rafah, un haut responsable égyptien a déclaré dimanche à l'Associated Press que le Caire avait protesté auprès d'Israël, des États-Unis et des gouvernements européens, avertissant que son traité de paix avec Israël – une pierre angulaire de la stabilité régionale – était à haut risque.

L'agence de presse n'a fait état d'aucun autre commentaire de la part du responsable, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat.

Dans le même temps, lors d'une conférence de presse au Caire avec son homologue slovène, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, a cherché à apaiser les inquiétudes sur l'avenir de l'accord de paix.

« L'accord de paix avec Israël est le choix stratégique de l'Égypte depuis 40 ans et il représente un pilier essentiel de la paix et de la stabilité dans la région », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il existe des mécanismes pour juger les violations de l'accord.

Néanmoins, plus tard dimanche, l'Egypte a annoncé qu'elle soutiendrait le procès en cours de l'Afrique du Sud devant la Cour internationale de Justice, accusant Israël de génocide à Gaza.

Le communiqué de l'Égypte indique que la décision « intervient à la lumière de l'aggravation de la gravité et de l'ampleur des attaques israéliennes contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza, et de la perpétration continue de pratiques systématiques contre le peuple palestinien, notamment le ciblage direct des civils et la destruction des infrastructures dans la bande de Gaza. et pousser les Palestiniens à fuir. »

Une procédure est en cours devant la CIJ à La Haye, aux Pays-Bas, pour examiner l'affirmation de l'Afrique du Sud selon laquelle l'offensive aérienne et terrestre d'Israël à Gaza, lancée après le massacre du Hamas le 7 octobre, vise à provoquer « la destruction de la population » dans l'enclave palestinienne. .

Israël rejette ces accusations, les qualifiant de fausses et diffamatoires, affirmant qu'il respecte le droit international et a le droit de se défendre après que quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption à travers la frontière israélienne le 7 octobre, tuant quelque 1 200 personnes et prenant 252 otages au milieu d'actes de violence massifs. brutalité et agression sexuelle.

En janvier, la CIJ a accepté d'examiner les affirmations de l'Afrique du Sud selon lesquelles Israël aurait violé certains droits garantis par la convention sur le génocide lors de son attaque contre Gaza et a ordonné des mesures d'urgence, notamment un appel à Israël pour qu'il mette fin à tout acte potentiel de génocide.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a refusé de commenter.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
L'Egypte se joint au procès de la Cour Internationale de Justice contre Israël