En ce moment Écouter la radio

Accord sur les otages : le Hamas devrait rejeter l'offre mais continuer les négociations

Israël.

Accord sur les otages : le Hamas devrait rejeter l'offre mais continuer les négociations
Le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh - DR

Mercredi soir, le Hamas semblait prêt à rejeter la dernière proposition d’accord d’otages élaborée par les médiateurs et approuvée par Israël. Osama Hamdan, un responsable du Hamas basé au Liban, a déclaré à la chaîne de télévision Al-Manar, affiliée au Hezbollah : « Notre position sur le document de négociation actuel est négative ». Le service de presse du Hamas a ensuite précisé : "La position négative ne signifie pas que les négociations sont arrêtées. Il y a un problème de va-et-vient."

Le groupe terroriste aurait dû soumettre jeudi une proposition modifiée à celle élaborée par des courtiers qatariens, égyptiens et américains. Mais il n'est pas clair si Israël sera prêt à faire preuve d'une plus grande flexibilité après avoir déjà accepté la libération de 33 otages femmes, personnes âgées et malades lors de la première étape de l'accord de trêve, après le rejet par le Hamas de la proposition précédente qui prévoyait la libération de 40 des otages. les otages les plus vulnérables.

L'opposition du Hamas à la dernière offre vient de sa conviction que la proposition ne va pas assez loin pour garantir la fin de la guerre, a déclaré un diplomate arabe au Times of Israel. Au lieu de cela, il envisage que les parties maintiennent un cessez-le-feu permanent pendant la première phase de six semaines.

Israël a refusé de s'engager à mettre fin à la guerre, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi en visite au secrétaire d'État américain Antony Blinken que Tsahal lancerait une invasion massive de Rafah pour démanteler les bataillons restants du Hamas dans la ville la plus au sud de Gaza, que ce soit ou non. Il s'agit d'un accord d'otages, selon un responsable israélien.

Hamdan a prévenu que le Hamas se retirerait des négociations si Israël lançait son opération à Rafah, promise depuis longtemps.

Pour sa part, Blinken a continué d’exprimer la position de l’administration Biden selon laquelle le Hamas est celui qui empêche un accord d’otages. "Israël a fait des compromis très importants dans la proposition qui est sur la table, démontrant son désir et sa volonté de parvenir à cet accord", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse alors qu'il visitait le port d'Ashdod, qu'Israël a commencé à utiliser le mois dernier pour transporter plus directement l'aide. à Gaza. «Maintenant, comme nous l'avons dit, c'est le Hamas qui s'en prend. Le Hamas doit décider s’il acceptera cet accord et fera réellement progresser la situation de la population dont il prétend se soucier à Gaza. Il n’y a pas de temps à perdre », a-t-il déclaré. Blinken a également réitéré l’opposition de Washington à une invasion terrestre majeure de Tsahal à Rafah, « en l’absence d’un plan efficace pour garantir que les civils ne soient pas blessés » – un plan qu’Israël n’a pas encore fourni, selon lui.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
Accord sur les otages : le Hamas devrait rejeter l'offre mais continuer les négociations