En ce moment Écouter la radio

Charia, sexisme, haine de l’Occident : ce que révèle l’arrêté d’expulsion visant l’imam Mahjoub Mahjoubi

France.

Charia, sexisme, haine de l’Occident : ce que révèle l’arrêté d’expulsion visant l’imam Mahjoub Mahjoubi
L'Imam Mahjoub Mahjoubi - Capture d'écran vidéo

Cet imam tunisien a été expulsé ce jeudi soir vers la Tunisie, après la publication sur les réseaux sociaux d'une vidéo d'un prêche où il qualifie le «drapeau tricolore» de «drapeau satanique» qui n'a «aucune valeur auprès d'Allah».

L’imam Mahjoub Mahjoubi a été expulsé jeudi soir vers la Tunisie, après avoir été interpellé le matin même à son domicile de Bagnols sur Cèze (Gard), a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. L’intéressé, qui est visé par une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme, a été déplacé vers un centre de rétention administrative de la région parisienne, avant son expulsion, avait précisé aussi son avocat Me Samir Hamroun, qui s’est dit, tout comme son client, «sous le choc».

Arrêté d’expulsion

«Monsieur Mahjoubi a véhiculé une conception littérale, rétrograde, intolérante et violente de l’islam, de nature à encourager les comportements contraires aux valeurs de la République, la discrimination à l’égard des femmes, le repli identitaire, les tensions avec la communauté juive et la radicalisation djihadiste», précise l’arrêté d’expulsion.

«Il a ainsi présenté de manière réitérée les femmes comme étant inférieures, faibles et vénales, devant être guidées et contrôlées par les hommes et pouvant être séquestrées au nom de la religion», indique encore le document

Sont également mentionnés «des propos haineux et discriminatoires» tenus par l’imam, «à l'égard des non-musulmans et de la société française» à propos de laquelle il a notamment déclaré : «“Il va falloir qu'on bouscule cette société, cette société belliqueuse et pourrie”, laissant entendre que la société française serait pervertie, critiquant la mixité et s'en prenant à l'école publique, accusée de dispenser des cours sur la reproduction humaine aux enfants.» Selon l’arrêt d’expulsion, Mahjoub Mahjoubi a également tenu un discours dans lequel «la société occidentale est jugée décadente» et qui fait «à plusieurs reprises l'éloge de la charia, seule loi légitime et juste à ses yeux».

Propos belliqueux contre Israël 

L’arrêté cite également des propos de l’imam en lien avec le conflit israélo-palestinien, «attisant gravement les tensions entre communautés». L’intéressé martèle ainsi, dans un discours tenu le 16 février : «Qu’Allah soit miséricordieux avec nos frères en Palestine, qu'Allah fasse qu'ils obtiennent gain de cause, accorde-leur la victoire, accorde la victoire aux musulmans opprimés et qu’on demande à Allah de leur venir en aide, car les musulmans et les Arabes les ont trahis. Ils n'ont qu'Allah et les prières des justes.»

Dans un prêche du 2 janvier, Mahjoub Mahjoubi fait enfin l’éloge du djihad, détaille toujours l’arrêté, et déplore «que les mosquées ne produisent plus de combattants comme au temps du prophète»

La polémique autour de cet imam tunisien avait éclaté le 18 février lorsque le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé le retrait de son titre de séjour en vue d’une expulsion, après la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo d'un prêche où, face caméra, il qualifie le «drapeau tricolore» de «drapeau satanique» qui n'a «aucune valeur auprès d'Allah».

Cette procédure d’expulsion promettait pourtant d’être complexe, au vu du titre de séjour de Mahjoub Mahjoubi, qui est valable jusqu’en 2029

Mais l’arrêté d’expulsion précisait que l’imam avait contracté une union religieuse «avec une compatriote alors qu'il n'était pas encore divorcé de sa précédente femme, ressortissante française», ce qui ferait de lui un polygame, expulsable en vertu de l’article L631-2, du code de l’entrée et du séjour des étrangers. «En outre, alors que divorcé depuis 2007, il a continué à se prévaloir, encore en 2019, de ces liens matrimoniaux pour revendiquer un titre de séjour de conjoint de français», précise aussi l’arrêté.

«L'imam radical Mahjoub Mahjoubi vient d'être expulsé du territoire national, moins de 12h après son interpellation. C'est la démonstration que la loi Immigration, sans laquelle une telle expulsion aussi rapide n'aurait pas été possible, rend la France plus forte. Nous ne laisserons rien passer», a écrit triomphant Gérald Darmanin sur X (ex Twitter).

MZ

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Métsora - 19/20 Avril
Charia, sexisme, haine de l’Occident : ce que révèle l’arrêté d’expulsion visant l’imam Mahjoub Mahjoubi