En ce moment Écouter la radio

Une rare boîte de marchands datant de l'époque du Second Temple exposée au musée d'Israël

Israël.

Une rare boîte de marchands datant de l'époque du Second Temple exposée au musée d'Israël
La boîte exposée à la galerie d’archéologie du Musée d’Israël - Zohar Shemesh/musée d'Israël

Un rare et mystérieux récipient en pierre à plusieurs compartiments datant de l'époque du Second Temple et qui sert de preuve de la destruction de Jérusalem il y a deux millénaires a été exposé pour la première fois au Musée d'Israël dans la capitale.

La boîte carrée a été découverte lors de fouilles menées par les Antiquités israéliennes (IAA) dans la Cité de David, dans le parc national des murs de Jérusalem. Mesurant 30 x 30 centimètres, il a été sculpté dans du calcaire tendre et divisé à l'intérieur en neuf compartiments de taille égale.

Le conteneur à plusieurs compartiments a été découvert dans une couche de destruction à l'intérieur d'un ancien magasin datant de la fin de la période du Second Temple qui se trouvait autrefois le long de la route de pèlerinage dans la Cité de David. Les côtés de la boîte sont noirs, ce qui indique qu'elle a été brûlée – peut-être lors des événements de la Grande Révolte juive qui ont finalement conduit à la destruction de Jérusalem.

La boîte a peut-être été utilisée à des fins commerciales
Les chercheurs supposent que la boîte était utilisée à des fins commerciales, comme pour exposer des produits pré-mesurés. Selon les directeurs des fouilles de l'IAA, le Dr Yuval Baruch et Ari Levy, « lors des fouilles de la route de pèlerinage où la boîte a été découverte, de nombreux objets ont été découverts, témoignant de l'activité commerciale florissante qui avait lieu le long de la route pendant la période du Second Temple. Nous avons découvert des récipients en céramique et en verre, des installations de production et de cuisson, divers outils de mesure, des poids en pierre et des pièces de monnaie. Ensemble, ces objets suggèrent que la route était liée à des activités commerciales telles qu'un marché urbain animé.

La route de pèlerinage reliant le bassin de Siloé au mont du Temple était la principale artère de la ville il y a 2 000 ans. Il semble que la boîte nouvellement découverte soit liée à cette activité commerciale qui se déroulait le long du chemin de pèlerinage, ont-ils suggéré.

Les systèmes économiques et commerciaux de Jérusalem à cette époque étaient similaires à ceux des autres grandes villes du monde romain et possédaient de grands marchés proposant des produits locaux et importés, certains même exotiques. En tant que ville-temple et centre de pèlerinage, les marchés de l'ancienne Jérusalem devaient proposer des articles spécialisés que l'on trouve rarement dans d'autres régions, ont-ils poursuivi.

« La vie quotidienne et le commerce dans le Second Temple de Jérusalem devaient être menés dans le strict respect des lois juives sur la pureté. La preuve en est donnée par un certain nombre de découvertes archéologiques distinctes, telles que des milliers de fragments de récipients en calcaire découverts lors de fouilles dans la ville antique et ses environs », ont noté les experts de l'IAA.

L’utilisation généralisée de récipients en pierre peut s’expliquer par la loi juive (halacha) qui stipule que la pierre – contrairement à l’argile ou au métal – ne peut pas devenir impure. Il est donc possible que les récipients en pierre aient été réutilisés à maintes reprises pendant de longues périodes. « Il semble que la boîte en pierre à plusieurs compartiments de la Cité de David était liée à l'économie unique de Jérusalem menée à l'ombre du temple, en maintenant une stricte observance et en conformité avec les lois de pureté. Par conséquent, nous pouvons considérer cette boîte comme une découverte typique de Jérusalem », ont ajouté Levy et Baruch.

Des morceaux d'une autre boîte similaire ont été découverts il y a environ 50 ans par l'archéologue Nachman Avigad lors de fouilles dans le quartier juif. Lors de sa découverte, Avigad a qualifié avec humour l’objet de « bol de noix et de graines » – un nom qui est resté depuis. Il est intéressant de noter que toutes les boîtes similaires ont été découvertes à Jérusalem, principalement dans la Cité de David, mais la boîte récemment découverte est le seul exemple complet. A ce stade des recherches, les archéologues se demandent encore à quoi il servait exactement.

Selon Dudi Mevorah, conservateur principal du département d’archéologie du Musée d’Israël à Jérusalem, « la boîte a été retrouvée brisée en morceaux avec des pièces manquantes. Les fragments ont été apportés à Victor Uziel, un écologiste du Laboratoire de conservation des artefacts du Musée d’Israël, spécialisé dans le traitement et la restauration d’objets provenant directement du terrain.

Nous avons exposé la boîte en pierre en permanence aux côtés de spectaculaires fresques colorées, de lustres et de magnifiques récipients en poterie, en pierre et en métal provenant des maisons de luxe de Jérusalem datant de la fin de la période du Second Temple. Vous êtes invités à venir les voir.

Le parc national des murs de Jérusalem a été financé par la Fondation Cité de David en collaboration avec le ministère du Patrimoine.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Métsora - 19/20 Avril
Une rare boîte de marchands datant de l'époque du Second Temple exposée au musée d'Israël