En ce moment Écouter la radio

Yaïr Lapid : le « lendemain » doit être un partenariat, contrairement au désengagement

Israël.

Yaïr Lapid : le « lendemain » doit être un partenariat, contrairement au désengagement
Le chef de l'opposition israélien, Yaïr Lapid - Haïm Zach/GPO

Le chef de l'opposition, le député Yair Lapid, a parlé ce matin à une station de radio israélienne de la guerre à Gaza, du "jour d'après", et de la récente décision de la Haute Cour annulant la loi fondamentale controversée de la Knesset visant à abolir la "norme du caractère raisonnable" judiciaire.  

Interrogé sur la décision de la Haute Cour, Lapid a déclaré : « La Cour a rendu la seule décision qu'elle pouvait rendre dans ces conditions, et tout le monde a crié pendant quelques heures ce qu'il allait évidemment crier, et c'est tout. promulguer une loi fondamentale pour réglementer ces choses, et cela doit être fait avec un large consensus national.

Pour l’instant, a déclaré Lapid, « il y a des soldats combattants à Gaza et cela ne les intéresse pas, et ils ont raison ».

Interrogé sur le lien entre la décision de la Haute Cour et les efforts potentiels visant à poursuivre Israël devant la Cour pénale internationale de La Haye, le chef de l'opposition a déclaré que la décision de lundi soir "améliorait considérablement la capacité à protéger nos combattants".

"Le système juridique international respecte les systèmes juridiques indépendants", a déclaré Lapid. "L'argument israélien était le suivant : 'Nous n'avons pas besoin d'une baby-sitter, nous savons comment nous surveiller de manière indépendante, nous avons une séparation des pouvoirs' – et aujourd'hui aussi, nous pourrons leur dire la même chose." 

Concernant le « lendemain » à Gaza, Lapid a invoqué le plan qu'il avait présenté plus tôt dans la guerre. "Contrairement au gouvernement", a déclaré le chef de Yesh Atid, "j'ai publié un plan pour le lendemain : les conditions pour terminer la première étape, les conditions pour terminer la deuxième étape, tout était très organisé.

"Ce que j'ai dit était compliqué, parce que c'est une situation compliquée, et je ne crois pas aux gens qui proposent des solutions simples en une seule phrase à des situations compliquées." Lapid a réitéré que, selon lui, « l'Autorité palestinienne devrait être une composante de l'appareil civil qui gérera la bande de Gaza « le lendemain ».

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Vayakhel - 08/09 Mars
Yaïr Lapid : le « lendemain » doit être un partenariat, contrairement au désengagement