En ce moment Écouter la radio

42 survivants du massacre de la rave Nova poursuivent la Défense pour négligence

Israël.

42 survivants du massacre de la rave Nova poursuivent la Défense pour négligence
Extrait de « #Nova », le documentaire de 52 minutes réalisé pour Yes Studios sur ce qui s’est passé lors de la rave dans le désert Supernova - Autorisation

Dans le cadre du premier procès civil de ce type, un groupe de survivants blessés lors du massacre de la rave Supernova a intenté lundi une action en justice contre des responsables de la sécurité israélienne pour obtenir des dommages et intérêts résultant de leur négligence présumée lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre, affirmant que la tragédie aurait pu être en grande partie évitée.

Les 42 plaignants ont intenté une action en justice d’un montant de 200 millions de shekels auprès du tribunal de district de Tel Aviv contre le Shin Bet, l’armée israélienne, la police israélienne et le ministère de la Défense, dénonçant les nombreuses fautes commises par ces derniers dans l’exercice de leurs fonctions.

« Un seul coup de fil des responsables de Tsahal au commandant en charge de la fête pour qu’il la disperse immédiatement compte tenu du danger prévisible aurait permis de sauver des vies et d’éviter des blessures physiques et psychologiques à des centaines de festivaliers, dont les plaignants », indique la poursuite. « La négligence et le manque évident de vigilance dépassent l’entendement. »

Perte de revenus, douleurs et souffrances, perte de joie de vivre, perte de revenus futurs et frais médicaux figuraient parmi les demandes d’indemnisation présentées dans le cadre de l’action en justice.

La rave, qui avait été organisée près du kibboutz Reim, figure parmi les lieux où les terroristes du Hamas se sont déchaînés le 7 octobre, massacrant près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et kidnappant plus de 240 autres personnes qu’ils ont emmenées dans la bande de Gaza.

Les plaignants ont souligné les violences commises à l’encontre des festivaliers, notamment les viols, les meurtres et le fait que des personnes ont été brûlées, mais aussi que certains survivants ont dû se cacher sous les dépouilles et les morceaux de corps dans les abris anti-bombes pour échapper au massacre, qui a commencé à 6h30 du matin et s’est poursuivi jusqu’à minuit environ.

« Le Hamas a assassiné 364 festivaliers, et en a kidnappé 40 pour les emmener à Gaza. Certains d’entre eux ont été libérés, d’autres sont portés disparus. Beaucoup ont été blessés physiquement ou mentalement, y compris les plaignants », peut-on lire dans la plainte.

L’action en justice cite des informations publiées au lendemain du massacre, selon lesquelles des officiers supérieurs de la division de Gaza avaient exprimé des réserves au sujet de la rave et que le commandant des opérations s’y était opposé. Elle note également que le chef du Shin Bet, Ronen Bar, a tenu des consultations la nuit précédente et a même envoyé une équipe d’opérations spéciales à la frontière la nuit précédant l’assaut.

« Dans la nuit du 6 au 7 octobre, au moins deux évaluations ont été effectuées par Tsahal en raison d’activités inhabituelles à la frontière avec la bande de Gaza, l’une vers minuit et l’autre vers 3 heures du matin, plusieurs heures avant l’attaque du Hamas », indique l’action en justice.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Ki Tissa - 01/02 Mars
Chabbat Vayakhel - 08/09 Mars
42 survivants du massacre de la rave Nova poursuivent la Défense pour négligence