En ce moment Écouter la radio

Le film "Tatami" tourné en secret par des cinéastes israélien et iranien présenté à Venise

Culture.

Le film "Tatami" tourné en secret par des cinéastes israélien et iranien présenté à Venise
Tiré de "Tatami", première coproduction israélo-iranienne - Autorisation des relations publiques

La Mostra de Venise a accueilli dimanche une production sans précédent co-réalisée par des cinéastes israéliens et iraniens, qui ont déclaré avoir tourné le film subrepticement en Géorgie et avoir pris des précautions pour empêcher une éventuelle ingérence du régime iranien. "Tatami", projeté dans la section "Orizzonti" ("Horizons") de la Mostra de Venise, raconte l'histoire d'une star iranienne du judo qui rejette les règles de son gouvernement selon lesquelles il ne doit jamais affronter un athlète israélien dans une compétition internationale. Le film a été réalisé conjointement par l'actrice iranienne primée Zar Amir, qui joue également le rôle d'entraîneur de judoka, et par l'Israélien Guy Nattiv, connu pour le récent biopic de l'ex-Premier ministre israélien Golda Meir (« Golda »).

Amir et Nattiv ont déclaré à Reuters qu’ils travaillaient « sous couverture », filmant en Géorgie – où les Israéliens et les Iraniens sont autorisés à se rendre – tout en séjournant dans des hôtels séparés et en parlant anglais. « Je savais qu'il y avait beaucoup d'Iraniens là-bas, alors nous essayions de garder le calme et le secret », a déclaré Amir. « Ce que j’ai appris sur le gouvernement iranien, c’est que tant que vous avez peur qu’il puisse vous arrêter, il peut vous tuer, il peut semer le trouble autour de vous. Mais tant que vous n’avez pas peur… tout ira bien », a-t-elle ajouté. « Nous étions sous couverture. Nous savions que c'était une chose dangereuse », a déclaré Nattiv.

Tourné en noir et blanc, « Tatami » se déroule au cours d’une seule journée de compétition pour une championne iranienne de judo, interprétée par l’actrice américaine Arienne Mandi, qui doit simuler une blessure pour éviter un éventuel match contre une judoka israélienne.

Le film a été inspiré par un incident réel survenu il y a quatre ans, lorsque le judoka iranien Saeid Mollaei a reçu l'ordre de perdre des combats pour éviter de rivaliser avec le champion de judo israélien Sagi Muki aux Championnats du monde 2019 à Tokyo. Après avoir ouvertement défié son gouvernement, Mollaei s'enfuit en Europe et obtient le statut de réfugié en Allemagne. Lui et Muki sont devenus des amis proches et se sont finalement affrontés en tant qu'adversaires – Mollaei concourant pour l'Azerbaïdjan – l'année dernière au Grand Chelem de Budapest. Mollaei a gagné par immobilisation au troisième tour du tournoi, et les deux hommes se sont embrassés après le combat. L'Iran s'est vu imposer une interdiction de quatre ans, antidatée à septembre 2019, par la Fédération internationale de judo (IJF) pour son ingérence dans le parcours compétitif de Mollaei et exige que ses athlètes n'affrontent pas d'adversaires israéliens.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
Le film "Tatami" tourné en secret par des cinéastes israélien et iranien présenté à Venise