En ce moment Écouter la radio

Des archéologues israéliens déterrent un bâtiment détruit pendant le siège babylonien de Jérusalem

Israël.

Des archéologues israéliens déterrent un bâtiment détruit pendant le siège babylonien de Jérusalem
(Crédit : domaine public)
Des archéologues israéliens ont découvert un bâtiment qui a été décimé par le feu lors du siège babylonien de Jérusalem en 586 avant notre ère, selon un rapport publié le 22 juillet. Les découvertes ont été publiées dans le Journal of Archaeological Science , à comité de lecture. Les restes du bâtiment calciné, surnommé "Bâtiment 100" par les chercheurs, ont subi diverses analyses pour comprendre comment l'incendie s'était déclaré et comment il avait progressé dans la structure. Alors que les chercheurs ne peuvent que faire une supposition éclairée que le bâtiment a été incendié pendant le siège de Jérusalem, les dommages intenses causés à la structure massive soutiennent leur hypothèse.   Le bâtiment 100 était autrefois une grande maison à deux étages appartenant à un membre de l'élite de Jérusalem, mais il a été perdu dans le temps jusqu'à ce qu'il soit découvert sous un parking dans la partie sud-est de la ville antique. "Les preuves dans les débris du bâtiment ne laissent aucun doute quant à la présence d'incendie", ont écrit les archéologues.  "Il n'y avait aucune indication visible quant à savoir s'il était intentionnel ou accidentel, et s'il était intentionnel, où l'incendie a commencé et comment il s'est propagé." Pour tenter de déchiffrer si l'incendie avait été délibéré, les chercheurs ont utilisé des tests de spectrométrie FITR et une analyse archéomagnétique. "L'objectif est d'identifier l'intensité, la direction et l'origine de l'incendie qui a détruit le bâtiment 100 afin de reconstituer le processus de destruction en détail, de déterminer si l'incendie était intentionnel dans le cadre des événements de la destruction babylonienne et d'apprendre sur les mesures prises par les agents de cette destruction dans leur traitement de ce bâtiment d'élite », ont expliqué les chercheurs. Les chercheurs ont fouillé le bâtiment à la recherche d'un point d'allumage, ce qui leur permettrait de suivre la propagation de l'incendie à travers le bâtiment. Ils l'ont fait en mesurant les signatures magnétiques des éclats de poterie et des panneaux de sol cassés. Grâce à cette ligne d'étude, les chercheurs ont découvert que l'incendie s'était déclaré au dernier étage du bâtiment, car le rez-de-chaussée comportait des pièces que le feu n'avait pas atteintes. Cela signifiait que le feu était probablement intense mais qu'il s'était éteint rapidement.  "La présence généralisée de restes calcinés suggère une destruction délibérée par un incendie, qui a été allumé à plusieurs endroits dans les étages supérieurs et inférieurs, la chaleur s'élevant pour brûler le plafond du rez-de-chaussée", ont expliqué les archéologues. "La propagation de l'incendie et l'effondrement rapide du bâtiment indiquent que les destructeurs ont investi de grands efforts pour démolir complètement le bâtiment et le mettre hors d'usage." Comme mentionné précédemment, la taille du bâtiment suggère qu'il appartenait autrefois à un membre d'élite de la société. Les chercheurs suggèrent qu'il était fort probable que ce bâtiment ait été la cible d'un incendie criminel en tant que mesure punitive pour désobéissance, ce qui était courant pendant les 30 mois de siège de la ville. Le royaume de Judée avait tenté une rébellion contre les envahisseurs babyloniens, et ainsi le roi de Néo-Babylone Nebucadnetsar II avait ordonné que Jérusalem soit détruite en conséquence.
Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Des archéologues israéliens déterrent un bâtiment détruit pendant le siège babylonien de Jérusalem