En ce moment Écouter la radio

Le rapprochement de l’Iran et la Russie inquiète la Maison-Blanche

International.

Le rapprochement de l’Iran et la Russie inquiète la Maison-Blanche
(Crédit : DR)
Pour un porte-parole de la Maison Blanche l’Iran et la Russie «sont en train d'amplifier leur coopération militaire sans précédent». La volonté de Moscou d'acquérir des drones iraniens plus sophistiqués ne lasse pas d’inquiéter l’administration américaine. «Nous utilisons les outils à notre disposition pour dénoncer et perturber ces activités et nous sommes prêts à faire plus» a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. Plus de 400 drones iraniens livrés à la Russie John Kirby, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, a annoncé que les États-Unis allaient annoncer de nouvelles sanctions «dans les prochains jours» contre des entités ou personnes impliquées dans ces transactions entre les deux pays. Pour les américains, c’est clairement un partenariat militaire complet qui est néfaste pour l'Ukraine et pour le Moyen-Orient. «Les contacts continuent entre l'Iran et la Russie sur la vente d'armements plus sophistiqués, en particulier des drones plus perfectionnés», a averti le porte-parole, en estimant que l'Iran avait depuis le mois d'août livré à la Russie plus de 400 drones, principalement de type Shahed. Des avions russes pour l’Iran Washington assure que Téhéran, en plus d'avions de combat russes, «cherche à acheter d'autres équipements militaires dont des hélicoptères d'attaque, des radars et l'avion d'entraînement au combat Yak-130», a déclaré John Kirby. «L'Iran cherche, au total, à acquérir des équipements militaires pour plusieurs milliards de dollars auprès de la Russie» selon Reuters Washington alerte sur le danger des drones iraniens  Le gouvernement américain entend annoncer prochainement de nouvelles mesures «pour aider les gouvernements et les entreprises à mieux comprendre les risques que pose le programme de drones iraniens et les pratiques illégales de l'Iran pour se procurer les composants nécessaires. » De manière très « diplomatique » les américains ne cherchent qu’à encourager la mise en place de mesures pour que ces mêmes gouvernements et entreprises ne contribuent pas «par inadvertance» à la fabrication de drones iraniens. Michel ZERBIB

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
Le rapprochement de l’Iran et la Russie inquiète la Maison-Blanche