En ce moment Écouter la radio

Les vaccins bivalents arrivent, la chronique du docteur Serge Rafal

France.

Le vaccin nouveau est arrivé, la HAS ayant rapidement emboité le pas à l’EMA (agence européenne du médicament) pour son autorisation. Ces vaccins sont réservés aux rappels (3ème, 4ème, parfois 5ème dose), la primovaccination continue à se faire avec les anciens vaccins, probablement car nous ne disposons pas d’un nombre suffisant de doses des nouveaux pour le moment. Ils sont probablement plus efficaces que les anciens puisqu’ils ciblent la souche initiale du marché de Wuhan et les variants d’Omicron. Je vous rappelle que nous avons eu successivement l’alpha qui est arrivé en France fin 2020 puis les béta et gamma qui ont circulé au 1er semestre 2021. Le delta est apparu lui en mai 2021 et a circulé jusqu’à l’arrivée d’Omicron en novembre 2021. Depuis, nous avons eu plusieurs ss-variétés, BA1 à BA-5, actuellement majoritaire quasi exclusif. Les 2 vaccins ARN de Pfizer et Moderna  sont dirigés contre la souche Wuhan et le BA1, un autre bivalent de Moderna dirigé lui contre le BA5 vient d’être validé en Europe. Nous devrions en disposer d’ici quelque temps. Mais nous pouvons tout à fait commencer sans tarder à vacciner les personnes à risques avec les anciens vaccins qui protègent bien des formes graves. Les nouveaux vaccins sont dirigés contre le BA1 car il faut un certain temps pour fabriquer et distribuer un vaccin, surtout à l’échelle mondiale. De nombreux experts trouvent que ces 2 vaccins sont déjà dépassés puisqu’ils couvrent une souche d’Omicron qui ne circule plus. Ils sont donc sur le papier, légèrement supérieurs aux anciens, fabriqués à partir de la souche originelle, mais pas spécifiques de la souche BA5 pourtant hégémonique actuellement. Ces deux vaccins sont bivalents pour tous ceux qui le souhaitent mais principalement les 17 millions de personnes concernées par une forme grave : - Les plus de 60 ans, - Les porteurs d’une comorbidité (obésité avec IMC >30, insuffisance respiratoire, hypertension artérielle compliquée, insuffisance cardiaque, DT1 et DT2, IRC), - Les immunodéprimés, - Les femmes enceintes. Et aussi l’entourage des personnes à risques et les professionnels de santé. Mais les recommandations de la HAS devraient être prochainement réactualisées puisque nous attendons le nouveau Moderna (Wuhan, Omicron), le vaccin des Espagnols de Hipra et peut-être celui de Sanofi. Le Moderna est réservé aux plus de 30 ans en raison d’un risque accru de myocardite chez les plus jeunes. A dire vrai, les bénéfices attendus de ces vaccins on en attend pas grand chose puisqu’ils ne devraient pas plus que les anciens prévenir l’infection et la transmission. Mais peut-être la protection sera-telle plus longue. N’oublions pas que les personnes à risques auront reçu 5 doses en 2 ans ! Coupler la dose de vaccin avec celui contre la grippe ? C’est même recommandé, le 2ème sera disponible à partir du 18 octobre. Les Israéliens qui ont commencé son injection nous ont expliqué la semaine dernière qu’il correspondait à la souche circulante, ce qui est bien et n’a pas toujours été le cas, ces dernières années. Donc, il est bon de se faire vacciner très vite contre la grippe en couplant les 2 injections. Le Dr Robert Sebbag déclarait à ce micro l’an passé : « Nous sommes dans une situation absurde où la peur du vaccin est plus grande que celle du virus ». Fort heureusement, cette période semble révolue, les mentalités ont évolué, la majorité des personnes à risques est vaccinée. Mais elle doit absolument faire pratiquer sans tarder un rappel, si la dernière dose est lointaine, afin d’être protégée des formes graves au moment où démarre la huitième vague.  https://youtu.be/HRZ1ljDkZs4 Docteur Serge Rafal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Bé'houkotai - 31 Mai/01 Juin
Les vaccins bivalents arrivent, la chronique du docteur Serge Rafal