En ce moment Écouter la radio

Les tempêtes de l'hémisphère sud, la chronique de Jean-François Strouf

International.

Les tempêtes de l'hémisphère sud, la chronique de Jean-François Strouf
(Crédit : NASA Worldview)

Une étude israélienne publiée jeudi 26 mai 2022 par des scientifiques de l'Institut Weizmann des sciences a révélé que les effets du changement climatique ont fortement intensifié les tempêtes hivernales dans l'hémisphère sud à un niveau que les modèles climatiques informatiques n'avaient projeté auparavant que pour l'année 2080.

L'étude a été publiée dans la revue Nature Climate Change. Le Dr Rei Chemke de Weismann's Earth and Planetary Sciences a dirigé l'étude avec une équipe de scientifiques aux côtés de collaborations avec le Dr Yi Ming de l'Université de Princeton et le Dr Janni Yuval du MIT. Chemke et son équipe sont arrivés à cette conclusion après avoir comparé les simulations de modèles climatiques qui devraient se produire en 2080 à leurs observations actuelles de tempêtes hivernales. "Nous avons choisi de nous concentrer sur l'hémisphère sud car l'intensification enregistrée là-bas a été plus forte que dans l'hémisphère nord", a expliqué Chemke. "Nous n'avons pas examiné l'hémisphère nord, mais il semble que l'intensification des tempêtes dans cet hémisphère soit plus lente que dans l'hémisphère sud. Si la tendance persiste, nous observerons une intensification plus importante des tempêtes hivernales ici dans les années et les décennies à venir. »

Selon Chemke, une tempête hivernale individuelle, qui dure généralement jusqu'à quelques jours, ne déclenche pas à elle seule un immense changement climatique, ajoutant « Cependant, l'effet à long terme des tempêtes hivernales devient évident lors de l'évaluation des données cumulatives recueillies sur de longues périodes. » Au fil du temps, ces tempêtes sont responsables du transfert de chaleur, d'humidité et de quantité de mouvement dans l'atmosphère, affectant ainsi les différentes zones climatiques de la Terre. « Sans leur contribution, les températures moyennes au pôle seraient inférieures d'environ 30°C. » Après avoir simulé des schémas d'intensification des tempêtes sous des fluctuations climatiques naturelles isolées, Chemke et ses partenaires de recherche ont découvert que les tempêtes des deux dernières décennies se sont intensifiées plus rapidement que ce qui peut être expliqué par ces seuls processus naturels. Cela indique que des facteurs externes, à savoir les activités industrielles humaines, jouent un rôle important dans l'intensification accélérée des tempêtes de l'hémisphère sud.

Les chercheurs ont déterminé que les changements physiques des jets stream atmosphériques au cours des 20 dernières années sont liés à la nature croissante de ces tempêtes hivernales de l'hémisphère sud, qui ne sont pas reflétées avec précision dans les modèles climatiques actuels. Chemke demande que ce paramètre du modèle climatique soit ajusté, mais soutient que d'autres modèles prévoyant la température, les précipitations, les conditions de la glace de mer et les modèles de tempêtes estivales, entre autres, sont toujours simulés avec précision. Les résultats de l'étude suggèrent que les projections climatiques pour les années à venir sont peut-être plus sombres que ne l'avaient prédit les évaluations précédentes et indiquent que l'activité humaine a un impact plus important sur l'hémisphère sud que les estimations précédentes.

Jean-François Strouf

078-strouf-090622

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Métsora - 19/20 Avril
Chabbat Pessa'h - 22/23/24 Avril
Les tempêtes de l'hémisphère sud, la chronique de Jean-François Strouf