En ce moment Écouter la radio

Un président agacé face aux mensonges des proches d’un accusé, la chronique judiciaire de Michel Zerbib

France.

Un président agacé face aux mensonges des proches d’un accusé, la chronique judiciaire de Michel Zerbib
(Crédit : Twitter)

Il faut suivre dans un état de droit et une démocratie le procès de ceux qui ont ensanglanté notre pays. La tension est montée d’un cran lors du procès de l’assassinat du père Hamel, à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), ce jeudi 24 février 2022. Le président de la cour d’assises spéciale s’est montré agacé après des propos tenus par des proches d’un accusé, leur reprochant de mentir.

« Vous racontez n’importe quoi », s’est agacé le président de la cour d’assises spéciale de Paris. Alors que le procès de l’assassinat du père Hamel se poursuit, le président de la cour, Franck Zientara, a perdu patience après des déclarations de proches d’un accusé, allant jusqu’à qualifier leurs propos de « mensonges ».

À la barre, trois sœurs de Jean-Louis et le compagnon de l’une d’elles ont expliqué qu’ils connaissaient la volonté de l’accusé de se rendre en Syrie. Mais ils ont souvent plaidé une mémoire défaillante, près de six ans après les faits, et sont revenus sur certaines des déclarations faites lors de l’enquête. Franck Zientara s’est notamment agacé des multiples versions livrées sur le voyage vers la Turquie entrepris en juin 2016 par Jean-Philippe – que toute sa famille appelle « Steven »-, avec Abdel-Malik Petitjean. C’est ce dernier qui, en compagnie d’Adel Kermiche, a assassiné le père Hamel dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) le 26 juillet 2016, avant d’être abattu par la police.

« Il nous a dit qu’il partait en vacances », affirment ses sœurs. Elles disent ignorer pourquoi il s’est fait refouler à l’aéroport d’Istanbul puis retenir par les autorités suisses à Zurich.

Selon l’accusation, ils projetaient de rejoindre les groupes jihadistes en Syrie. La famille de Jean-Philippe Steven Jean Louis aurait alors hébergé une nuit Abdel-Malik Petitjean et lui aurait payé son retour à Aix-les-Bains (Savoie). La sœur aînée concède avoir acheté un vol vers Paris mais dit ne pas se rappeler la réservation pour un vol Paris-Lyon, également faite à partir de son adresse e-mail. Sa cadette, convertie à l’islam un peu avant Jean-Philippe Steven Jean Louis, en 2014, explique avoir bien hébergé "un frère", mais ne se « rappelle plus » sous quel nom il s’est présenté.

Interrogés en juillet 2016, les membres de la famille avaient affirmé qu’ils avaient tous le projet d’aller en Suisse, pour acheter une robe de mariage. « Il y a une erreur, là, c’était en Turquie », a corrigé la sœur de l’accusé à la barre.

« On revient de très loin. Vous aviez même dit à la police que (Jean-Philippe Jean Louis) était chez votre mère pour l’anniversaire de votre fils », le jour de son départ.

« Vous racontez n’importe quoi », s’est énervé le président. La jeune femme dit avoir de la mémoire mais être fatiguée. « C’est du mensonge alors », réplique Franck Zientara.

La mère de Jean-Philippe Jean Louis s’était rendue au commissariat en pleine nuit, en janvier 2015, pour « dire (son) inquiétude que (son) fils aille en Syrie. Avec tout ce que je vois aux infos je préfère vous le signaler », avait-elle souligné.

Certes ils avaient remarqué qu’il passait « beaucoup de temps sur son ordinateur »,mais ils disent tous ignorer son activité de propagande jihadiste,via Facebook et Telegram qui a servi la radicalisation expresse de converti zélée. « Mon frère n’est pas quelqu’un de violent », plaide sa sœur. Placé en foyer entre 2012 et 2015, L’accusé est connu comme quelqu’un de « toujours souriant ». Mais « on n’a pas demandé pourquoi le dimanche il ne voulait pas retourner au foyer », où il dit avoir subi de nombreuses violences.

« Si on était allé plus vers lui, qu’on lui avait parlé, on aurait vu qu’il était en souffrance. Maintenant c’est trop tard », a regretté cette soeur en larmes.

Michel Zerbib

120-chro-zerbib-250222-1

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Ki Tissa - 01/02 Mars
Un président agacé face aux mensonges des proches d’un accusé, la chronique judiciaire de Michel Zerbib