En ce moment Écouter la radio

Israël rejette les accusations palestiniennes "d'apartheid"

Israël.

Israël rejette les accusations palestiniennes "d'apartheid"
(Crédit : mission israélienne de l'ONU)

L'ambassadeur palestinien à l'ONU, disant "mettre fin à l'apartheid", a accusé Israël de s'engager dans "l'apartheid" de près d'une douzaine de façons mercredi, et l'ambassadeur d'Israël l'a accusé de régurgiter les revendications de l'Autorité palestinienne, qui, selon lui, "favorisent la haine, l'incitation, la violence et la terreur". L'échange lors de la réunion mensuelle du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Moyen-Orient a reflété l'énorme gouffre entre Israël et les Palestiniens, et l'immense défi de mettre fin à des décennies de conflit avec une solution à deux États qui verrait les antagonistes vivre côte à côte dans la paix, comme l'ONU et bien d'autres le recherchent depuis des années.

L'envoyé palestinien Riyad Mansour a qualifié "d'apartheid" un certain nombre d'actions israéliennes, notamment son refus aux Palestiniens qui ont été déracinés de leurs maisons il y a 70 ans du droit au retour, ses différentes lois pour les Palestiniens et les colons israéliens, et ses restrictions sur les terres où les Palestiniens peut vivre et construire. Il a affirmé que l'ambassadeur de l'ONU, Gilad Erdan, avait apporté une pierre dans la salle du Conseil de sécurité le mois dernier afin que les membres puissent visualiser la violence à laquelle les Israéliens sont confrontés de la part des Palestiniens.« Je suis vraiment désolé, mais les portes de cette chambre ne pouvaient pas contenir de F16, de chars, de navires de guerre, de jeeps militaires, de drones, de bombes et de missiles israéliens », a indiqué Mansour. Il a précisé que le Conseil de sécurité n'était peut-être pas prêt à utiliser le mot "apartheid". Mais il a dit que c'est, et a été, "notre réalité", et bien qu'Israël puisse être indigné par les Palestiniens qui utilisent ce mot, "tout le monde devrait être indigné par cette politique".

L'Israélien Erdan a d'abord réagi en attaquant la commission d'enquête du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, Amnesty International, Human Rights Watch et d'autres groupes de défense des droits pour avoir lancé « une guerre du Jihad contre la seule démocratie dynamique du Moyen-Orient ». Leurs récents rapports, a-t-il dit, « ont tenté de stigmatiser Israël avec des allégations absurdes et des accusations odieuses ». "Vous pouvez voir la campagne qui a commencé ici aujourd'hui sur le masque de mon homologue", a souligné Erdan, faisant référence au masque de Mansour.« Mais ne vous y trompez pas, il s'agit d'une campagne conjointe entre ces organisations et les Palestiniens avec pour mission de délégitimer Israël en tant qu'État juif démocratique », a-t-il lancé.

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Ki Tissa - 01/02 Mars
Chabbat Vayakhel - 08/09 Mars
Israël rejette les accusations palestiniennes "d'apartheid"